J’ai 25 ans, et deux ans d’arrêt de pillule à mon actif déjà, mais j’essaye de ne pas trop rester bloquée sur le temps qui passe, parce que ça finirait par être déprimant!

Le 23 septembre dernier, mon mari et moi avaons eu notre premier rendez-vous avec le médecin qui va nous accompagner en pma, dans l’hôpital que nous avons choisi. Comment nous sommes-nous retrouvés là? Et bien, après plus d’un an d’attente, de deceptions, de desespoir, de crises de larmes et de crises tout court, nous avons decidé de rechercher pourquoi aucun bébé n’avait jamais voulu venir prendre la place que nous lui reservions dans mon ventre. Donc examens pour nous deux, et finalement, le winner fut monsieur, aidé par ses spermatozoides lents, peu nombreux, peu résistants et mal foutus! Heureusement que monsieur a d’autres qualités, et puis que je l’aime bien aussi! Nous avons fêté la bonne nouvelle en nous mariant dare-dare, pour nous faciliter les démarches de pma, et puis celle que nous envisageons pour avoir un enfant autrement que par notre propre adn s’il le faut, et nous voilà!

Je ne perds jamais l’espoir, quoi qu’il arrive, parce que je sais que d’une façon ou d’une autre, un jour viendra où j’aurai enfin MON bébé à moi! Mais même avec une montagne d’espoir, c’est long et rageant par moment d’être ignorée par les fées des bébés!