la_belle_au_bois_dormant_rackam

J’ai toujours bien aimé les contes d’une manière générale, les versions écrites surtout, pas les Disney (parce que pour le coup, je suis pas fan du tout de Disney et de ses versions édulcorées de La Petite sirène par exemple, ou de La Belle et la Bête). Et depuis deux ans, j’ai une relation toute particulière à deux contes, qui sont Poucette, et puis surtout La Belle au bois dormant. Si vous le connaissez parce qu’on vous l’a tellement lu quand vous étiez petit que les premières phrases résonnent dans votre esprit comme un chant hindou, vous devinez bien pourquoi j’y suis particulièrement sensible:

« Il était une fois un roi et une reine qui étaient si fâchés de n’avoir point d’enfants, si fâchés qu’on ne saurait dire. Ils allèrent à toutes les eaux du monde, vœux, pèlerinages, menues dévotion; tout fut mis en œuvre et rien n’y faisait. »

 

Alors c’est vrai que maintenant je n’attends plus de tomber enceinte, j’attends surtout d’avoir le feu vert du médecin pour commencer mon traitement et qu’on m’implante un œuf déjà fécondé, il y a pas ce côté « hasard du destin » que l’on trouve dans l’expression « tomber enceinte ». Ceci dit, j’ai quand même attendu pendant plus d’un an, douze longs mois durant lesquels j’ai fais des vœux à Saint Clearblue maintes fois répétés, des pèlerinages chez la gynécologue, je me suis dévouées à saint Thermomètre-de-la-courbe-de-température et tout le tralala, en vain. Alors je les comprends, ce roi et cette reine, qui n’avaient pas tous ces machins qui coûtent plus ou moins chers et qui ne sont pas plus efficaces que le reste quand de toute façon on n’est pas prédestiné à se reproduire de manière spontanée et naturelle, et qui sont passés directement à la vitesse supérieure, c’est-à-dire les pèlerinages et toussa. Et puis quand comme moi on a passé deux ans à écumer le forum doctissimo, on se rend bien compte que les laissées pour compte de la cigogne finissent pour beaucoup à avoir des signatures de l’ordre de « Rebecca prévoit une grossesse pour juin2025 et noug un garçon pour février 2025 », comme quoi les choses n’ont pas tellement changé.

 

Sauf que je comprends qu’on finisse par se désespérer, et par se raccrocher à des machins débiles comme ça. Quelque part, j’ai de la chance qu’on ait trouvé ce qui n’allait pas. Le stade pire que le mien, c’est d’avoir fait la même batterie d’examens que nous, et que tout aille bien alors qu’on essaye d’avoir un bébé depuis plusieurs années. Ces gens-là je leur souhaite bon courage dans leur attente, qui doit être bien plus dure que la mienne. belle