Pas le bilan de l’année, celui-là j’en ai rien à foutre pour tout vous dire, je m’en bats la cacahuète. Je vous parle de mon petit bilan personnel au bout d’une semaine de piqûres de decapeptyl.

En fait, ce machin est supposé bloquer mon cycle et me coller une sorte de ménopause artificielle pendant au moins une bonne quinzaine de jours, avant de commencer le traitement pour stimuler mes ovaires et me faire faire plein de petits oeufs. Alors au début, c’était un peu le stress, parce que ça me paraissait tellement facile les piqûres, que je me demandais si je les faisais correctement et si je m’injectais vraiment quelque chose. D’autant plus que je ne ressentais rien, mais alors rien du tout du tout.

Et hier, je me pique, et à peine dix minutes plus tard, je commence à avoir mal à la tête. Bon, au moins j’y ai foutu quelque chose ce coup-ci que je me dis. Et le soir, après dîner, un putain de coup de barre de bâtard. Parce que ce qu’il faut savoir, c’est que mon gros problème, c’est qu’en vacances je me mets à me coucher à 5h du matin. Donc là ça fait plus de dix jours que je ne dors pas avant l’aube, et que du coup je me lève super tard. Donc hier, ça a quand même commencé à me mettre la puce à l’oreille quand, malgré mon levé à midi, j’ai ressenti le besoin impérieux de faire une sieste vers 16h, et que malgré la sieste, mes yeux ont commencé à se fermer tout seuls devant la tv à partir de 22h30. Trop bizarre le truc quoi. ais bon, j’étais plutôt contente, ça m’évitera de dormir seulement deux heures la veille de la rentrée et d’être éclatée le lundi soir comme d’habitude.

Bon, à part ça j’ai pris deux kilos, mais allez savoir si c’est les fêtes ou le traitement…

Et n’oubliez pas de laisser un commentaire ici pour gagner un cadeau choubidou enrubanné par mes propres petits doigts boudinés! Il vous reste jusqu’à ce soir et demain je vous dirai qui a été choisi par le plus grand des hasards hasardeux!

Rendez-vous sur Hellocoton !