Dernier jour de vacances (ouais, je sais, c’est pas des vacances, mais ça y ressemble tellement) avant de retourner affronter demain matin la population mal embouchée et mal baisée du travail. Du coup aujourd’hui je fais que ce que j’aime.

09h00: Je me réveille, je fais l’amour avec mes ovules de progestérones, j’explique aux embryons que si là, ils n’ont pas assez fait connaissance avec mon endomètre pour s’implanter, ça va trop chauffer pour leur gueule, et je me rendors.

09h30: Je me lève, je prends un putain de petit déjeuner qui fait faire caca pour sauver mes embryons, et je regarde les maternelles que j’ai pas regardé depuis des siècles.

10h15: Je vais me laver parce qu’hier soir, je le sentais pas trop, et puis j’étais fatiguée, les embryons aiment pas que je sois fatiguée vous comprenez… et puis je m’habille. Et en m’habillant avant midi un jour de congé, je me dis que vraiment, je suis en train de faire un putain d’exploit.

10h35 40 50: Je travaille. Non, j’aime pas travaillé, mais ce que j’aime encore moins, c’est me retrouver la veille du travaille à 03h du matin en train de fignoler, ça, ça me fait chier encore plus vite que les compotes au pruneaux mais d’une puissance insondable, donc j’anticipe pour pas me retrouver comme une conne samedi matin, les yeux cernés et à côté de la plaque à pas comprendre ce que les gens tentent vainement de me communiquer.

12h00: Ma mère m’a supplié d’aller avec elle chez le coiffeur pour qu’il me coupe les pointes et qu’il me fasse un balayage. Elle m’a supplié au point qu’elle m’a dit « Mais siiiii, je te jure, je te paye la moitiéééééééé ». Ma mère est très sympa. En même temps, c’est pas un peu suspect quelle ait insisté à ce point pour que je rafraîchisse ma coupe de cheveux?

15h00: A 15h, je me verrais bien rentrer chez moi, faire un petit brin de ménage qui ne dérange pas trop les embryons, et recommencer à travailler. Sauf que, ma mère va sûrement me culpabiliser pour que j’aille faire les courses avec elle, et que ça va être difficile de dire non sans lui dire « Ah bah tu sais, on m’a implanté deux embryons alors moi, marcher en poussant un caddie à travers les riantes allées de Lidl, je vais peut-être éviter », mais je ferai de mon mieux. Et si jamais j’arrive à lui échapper, à tous les coups je crèverai tellement la dalle que j’irai au macdo ou m’acheter des pitchs au franprix. Ou des bonbons.

19h30: Je suis une épouse dévouée, je prépare quelque chose pour nourrir mon mari affamé qui rentre d’une dure journée de labeur.

20h30: J’espère que je pourrais glander à mort devant la télé parce que j’aurai fini de travailler.

Bon, dans la vraie, vie, y a des chances que je me lève à 11h50, que je cours dans toute la baraque pour me préparer et pas trop être à la bourre pour retrouver ma mère, que j’en foute pas une rame de toute la journée, et qu’à 03h du matin je sois en train de réfléchir à un plan B pour feinter le travail et aller me coucher, mais le jour se lève, on peut rêver quand même merde, non?

Moi, défoncée à 04h du matin, obligée de m'accrocher à un globe pour pas tomber et m'endormir en bavant sur mes feuilles

P.S.: J’allais oublier: Evemaba et Mlle Juin on reçu le colis que je leur avait préparé pour les tirages au sort du 200ème commentaire et de ma grande bonté. Si vous voulez être éblouis par l’ampleur de ma générosité, rendez-vous ici, et . Moi je suis un boulet qui met trois semaines à poster un paquet, alors vous vous doutez bien que j’ai oublié de faire des photos du contenu.
Rendez-vous sur Hellocoton !