Depuis vendredi soir et une question toute con de moi, à monsieur Faithful: « Tu t’en foutrais, hein, que j’aie un blog? »

Sérieux, quand je vois les mots clefs pour arriver jusqu’ici, ça me démange trop de lui dire, ça le ferait trop rigoler de savoir ce que les gens cherchent dans google. Et des fois quand je vois que mon blog est dans les 50 premiers de wordpress (bon, que hier, ok, mais ça va re-arriver un jour je vous dis!) je suis trop fière, j’aimerais bien lui dire! Et puis j’aimerais bien partager un peu avec lui ce que je fais ici, et pourquoi pas, qu’il y participe!

Dans mes rêves. Parce que voilà ce que monsieur Faithful a répondu: « Si c’est pour que tout le monde connaisse notre vie c’est même pas la peine. » Bon, je me suis pas laissée démontée, vous pensez bien, j’ai essayé d’argumenter, de lui demander d’y réfléchir, de lui représenter comme je pourrais être utile à mon prochain avec ce blog (faut bien que j’exagère un peu pour qu’il y croit), rien à faire. Monsieur Faithfull veut pas que j’ai de blog. Enfin si, mais pas sur la fiv. Merde. Boulette quoi.

Le truc, c’est que monsieur Faithful a des raisons de pas vouloir. Bon, des raisons pourries et que je trouve trop nulles, mais que je comprends qu’il ait, et qui ont une certaines légitimité. Je vous les expose pas ici, parce que du coup, depuis vendredi, je sais pas trop quoi faire: je respecte quand même mon mari , et je veux pas étaler des trucs dont lui veut pas parler. Moi ça me ferait chier qu’on fasse ça.  Fermer le blog? Des clous ouais! Mon blog je le garde! Lui dire que c’est trop tard et que j’ai déjà un blog? Et puis quoi encore? Gardez vos besoins de vérité pour les personnages de La Petite maison dans la prairie, ici c’est la vraie vie! Ne plus parler de lui? Ne plus parler de la fiv? Si je parle plus de ça, c’est même pas la peine d’avoir un blog j’ai envie de dire. Ou alors on devra l’appeler « Faithfullyyours, une femme et son vagin dans la tourmente » (quand je vous dis que je soigne mon référencement…)

Je me suis ré-interrogée sur les raisons qui m’ont poussée à écrire ici. Avant tout, j’avais la volonté de devenir riche et célèbre représenter la fiv d’une façon qui ne soit pas larmoyante comme je pensais le voir partout ailleurs. Je voulais montrer que ok, on galère, c’est pas toujours marrant, mais ça nous empêche pas de vivre notre vie, de nous épanouir d’autres façons, et surtout, je voulais montrer que c’est pas parce que qu’on prend le chemin de l’AMP que notre vie devient nécessairement aussi noire que le cul d’une taupe.

Alors c’est vrai, que je parle d’un peu tout et n’importe quoi, pas que de la fiv, mais c’est ça ma vie, heureusement: tout et n’importe quoi, et la fiv en plus! C’est vrai aussi que je parle de choses très intimes, et de choses de mon couple. Peut-être que je devrais pas. J’en sais rien. Personnellement, je vois pas le mal que je fais: vous savez pas qui je suis, vous pouvez pas me montrer du doigt dans la rue en disant: « Eh, regardez, cette meuf à ses règles depuis deux mois (1) et son mari est oats ». Et puis je trouve que c’est important de donner ces détails, si si, pas juste parce que c’est dégueulasse, mais parce que moi, quand j’ai cherché des informations, j’ai été contente de trouver des filles qui parlaient de tout pour pouvoir m’informer. Si je prend le temps de vous parler de toutes mes petits misères chattales, c’est pas juste pour la beauté du vocabulaire, c’est aussi parce que je veux montrer ce que c’est que la fiv.

Tout l’inverse de monsieur Faithful quoi.

Des conseils?

Me proposez pas de tout lui déballer ou voilà ce qui va m'arriver, je serai le mec avec les bras en V...

(1) Aujourd’hui, je crois qu’on peut dire de manière très officielle que je re-ai mes règles. C’est la deuxième fois en deux semaines. Je vais me petit-suicider.

Rendez-vous sur Hellocoton !