Kakrine, c’est un peu mon modèle dans la vie, de sérénité, et de patience. J’aimerais bien avoir le dixième de ce qu’elle a. Kakrine, toutes les galères par lesquelles je passe, elle les a connues, en pire, et maintenant, elle a dépassé cette étape de l’AMP pour continuer son chemin sur une route plus longue encore, celle qui mène à l’adoption, et à la Thaïlande.

Kakrine, elle est posée, et elle a eu le temps de réfléchir à son enfant, à sa vision de l’adoption (vous pensez bien, l’adoption, c’est long) et elle en dit des choses très justes dans son article « Trouver les mots », ou dans « Egoïste »  en particulier pour lequel je rejoins tout à fait son point de vue, et puis c’est une adoptante engagée en quelque sorte, qui publie régulièrement des nouvelles sur la situation politique ou sociale de la Thaïlande.

Kakrine me fait donc l’honneur aujourd’hui de bien vouloir partager avec nous chez moi un peu de son expérience de l’amp, en revenant sur son parcours qu’elle juge avec beaucoup de recul, et je lui laisse d’ailleurs la parole:

 

 

Aujourd’hui, c’est donc chez Faithfullyyours que vous me lisez. Autant vous le dire tout de suite : j’adoooore son blog ! J’aime son humour féroce, sa « trasherie » hilarante, sa poésie aussi et finalement, son recul sur les « FIV et toussa ». Recul dont j’étais bien incapable lors de mon propre parcours de PMA et qui force mon admiration ! Alors bien sûr, quand elle m’a proposé un open-blog, j’ai foncé !

Elle voulait savoir comment on passe de la FIV à l’adoption, et si on tourne vraiment la page, « toussa ». Vaste(s) sujet(s) !! Et la nécessité de se replonger dans ce que je me suis appliquée, non pas à « oublier »  mais à en atténuer les souvenirs… simplement pour continuer d’avancer.

 

D’abord un retour rapide sur notre parcours : fev 2004- sept 2008 :  1 FIV, 4 ICSI, 3 TEC et deux fausse-couches violentes. Pas dans l’ordre, bien sûr : un chemin avec des hauts et des bas permanents.  « Tomber 7 fois, se relever 8 »… Fin du parcours PMA. Nombre de FIV autorisé épuisé… et nous aussi. Quatre ans et demi  difficiles, hantés par la PMA  quasiment jour et nuit. Douleur, angoisse, larmes, obsession, espoir aussi, et quelques rares moments de joie… Mais aussi, avec mon Namoureux, une grande complicité, beaucoup de soutien réciproque, d’échanges, de discussions : ces échecs successifs, ces épreuves successives nous ont indéniablement, définitivement, durablement soudés. Un « fond d’écran » permanent, et la culpabilité aussi. La difficile acceptation, pour nous qui sommes volontaristes, autonomes, actifs, de devoir dépendre d’autrui (en l’occurrence, des médecins),  pour ce qui est censé être la chose la plus simple et la plus naturelle au monde, avoir un enfant. Qu’elle n’est donc pas, CQFD.

 

J’avais arrêté la pilule en  juin 2002 (voir ici). Des essais, de plus en plus programmés, quelques examens, jusqu’à ce RV funeste de décembre 2003, la veille de mon anniversaire, chez ma gynéco : les résultats des analyses sont implacables. Elle nous conseille un RV PMA. Rapidement maintenant, parce que bon, j’ai alors déjà  34 ans.

En février 2004, nous rencontrons donc un premier médecin PMA. Vous savez, ces deux entretiens où on vous fait réfléchir un peu sur la PMA. Où on vous demande par exemple,  ce que vous pensez faire des embryons surnuméraires congelés, le jour où. Ce médecin, donc, qui nous dit entre autres, deux choses : « vous êtes un cas simple », ce qui se révèlera inexact, et « qu’en dehors de la PMA,  il y a aussi la filiation par adoption, vous y avez pensé ? ».  A quoi nous répondons que nous y avons vaguement pensé, que c’est quelque chose de positif à nos yeux, mais que nous voulons d’abord entamer un parcours médical, que nous avons confiance en la médecine et en ses progrès, qu’aujourd’hui « les FIV, ça marche  bien ». Ce qui se révèlera inexact aussi. Pour nous, en tous cas.

Cet échange avec ce médecin, par ailleurs  tout à fait sympathique, nous l’avons toujours eu en tête. Nous en avons régulièrement reparlé. A chaque échec, notamment.  Et surtout au moment où l’on a commencé à se rendre compte que ce serait compliqué. Quand on a rencontré le professeur qui dirigeait le service, après une FIV sans embryons. Nous n’étions soudain plus un cas simple… déjà compliqué,  mais pas encore désespéré.

Bref. En 2006, nous commençons sérieusement à discuter adoption. On n’en peut plus. On pourrait aussi faire avec un don de gamètes -l’une ou l’autre, nous sommes tous les deux « à problème ». On élimine vite ces possibilités : d’abord, ras-le-bol du médical, ensuite, on se dit « un enfant soit 100% nous, soit 100% pas nous ». Pas un 50/50 difficile à porter, à partager, à expliquer. Ensemble, comme depuis le début, c’est tout.

On commence à se renseigner. En avril 2006, on contacte l’asso EFA de notre département, pour avoir de premières infos. En résumé, c’est long, de plus en plus, et il faut être mariés. Ce que nous ne sommes pas.

On décide alors de poursuivre, et d’utiliser nos TEC et FIV restantes. Mais on n’y croit plus vraiment, on les fait pour ne pas regretter, pour se dire qu’on aura tout essayé. Brûler toutes les cartouches auxquelles « on avait droit ».  Et puis, ça marche… avant une fausse-couche apprise de la pire des manières, lors de la première échographie.

Je me dis de plus en plus que ce n’est pas comme ça, pas de cette façon là,  que je serai mère. Je fais des cauchemars, je revois ma dernière fausse-couche, je ne supporte plus certains aliments. Je suis mal. Puis peu à peu, j’arrive à trouver quelque chose de positif à ces fausses-couches : je sais ce que c’est qu’être enceinte. Au moins, je l’aurai « ressenti », dans mon corps, même si c’était très court…je sais aussi ce que sont des contractions violentes, le Samu, les urgences la nuit… Je comprends mieux ce que racontent les unes et les autres quand elles évoquent leur accouchement.  Je sais, maintenant, que je ne serai pas mère comme ça. C’est difficile, long, compliqué, douloureux.  Mais je chemine. Je le serai autrement. C’est tout.

Début 2007, nous nous lançons, décidés. Lettre au conseil général pour débuter la procédure. Réunion. On attend 6 mois, rien. Mon processus de « renoncement » se poursuit petit à petit. Je me sens déculpabilisée. Je n’aime pas le terme de « deuil de l’enfant biologique », utilisé à toutes les sauces, je préfère celui de renoncement. Renoncer, c’est aussi choisir. Choisir autre chose. On se réapproprie notre projet parental. Nous savons qu’il va falloir attendre, attendre encore. Mais l’adoption, c’est complètement différent : On est actif, on construit notre projet, contrairement aux FIV où l’on est passif, dépendants des -bonnes ou mauvaises…- décisions des médecins, où le « protocole » nous contraint et nous dépasse.

On fait ce qu’il faut auprès des psys et AS, on fait le meilleur dossier possible, on se renseigne, on réfléchit à ce qu’on dit … Toujours dépendant d’autrui pour devenir parents, bien sûr, mais cette attente n’a rien à voir : un enfant est au bout du chemin, notre enfant. De façon presque certaine. Contrairement aux FIV.

A la rentrée, tout s’accélère : rendez-vous avec l’AS et le psy. En octobre : bon, on a tout maintenant, il ne manque plus que le certificat de mariage pour passer en conseil de famille et obtenir l’agrément. Branle-bas de combat : on se mariera le 8 décembre. Et nous aurons l’agrément le 24 janvier 2008. En mai 2008, l’AFA accepte notre dossier. Ce sera la Thaïlande. Une joie immense. Un aboutissement et surtout, surtout, un nouveau départ.

Un dernier TEC se fait en septembre 2008. Par le médecin du premier rendez-vous, d’ailleurs… Cette fois, on en vient presque à « espérer » l’échec,  maintenant que notre parcours d’adoption devient concret ! On y va très très détachés… on n’est plus « dedans ». Notre tête, notre cœur, sont en Thaïlande, où nous attend notre enfant, nos enfants.

Dans les mois qui suivent, je me mets à lire tous les bouquins sur l’adoption, l’attachement, les « how to » pour élever et accompagner un enfant adopté. Ça  fait sourire mon mari, et moi, ça me rassure. Je suis prête. Cela fait maintenant un moment, donc. Prête à être maman. Juste autrement.

 

PS : L’illustration est tirée de la couverture du livre « J’adopte » de Coco Tassel – Un très joli livre, touchant et lucide, «  vif et vrai »  sur les parcours de PMA et d’adoption. Et une excellente  post-face de Jean Marie Colombani.

 

Moi, je suis m’incruste chez Kakrine aujourd’hui si ça vous intéresse, pour y donner ma vision de l’adoption. Sinon j’aimerais bien pouvoir publier ici une fois par semaine (bon, au moins une fois par mois sinon) des choses de vous, donc si vous souhaitez publier ici quelque chose en lien avec votre désir d’enfant, ou votre infertilité, c’est ici qu’on me contacte:

faithfully_y@ymail.com