Putain, mais comment je me la pète en ce moment à faire des articles psychologico-sérieux moi. Ouais, mais vous comprenez, j’y peux rien, c’est ma zénitude qui me dépasse, faut que je donne des leçons aux gens là. En plus ça tombe bien, raconter ma vie et donner des leçons aux gens, c’est ma grande passions. J’ai bien fait d’ouvrir un blog moi tiens.

Bon, comme je suis quand même une sacrée feignasse, j’ai pas eu toute seule l’idée de cet article [oulala, cette phrase, ça sent l’intro méga longue, et l’article de plusieurs dizaine de milliers de mots. Bah tant pis, vous sauterez des lignes si ça vous gonfle, y aura pas d’interro], je rebondis sur une question très intelligente que m’a posée Aubergine divine, et que m’a reposée quelque temps plus tard need for dreams.

Pourquoi que tu dis toujours que t’es une femme stérile alors que c’est ton mari qu’il a un zizi tout pourri spermatozoiquement parlant (oui parce que pour le reste, évidemment, je suis une femme bouchée comblée)

Ah! Mais voilà que c’est une bonne question ça! C’est d’autant plus une bonne question qu’elle m’a permis d’avancer encore un peu plus dans ma zenitude. [A propos, vous vous foutrez pas trop de ma gueule, hein, dans un mois, quand je chialerai comme une fontaine wallace tous les jours en detestant le monde entier hein?]

Déjà, chers gens, j’ai envie de dire qu’une femme stérile, c’est une femme qui ne peut pas avoir d’enfant. Ouais, comme moi en fait. Vous aurez remarqué le glissement lexical qui s’est opéré sur ce blog depuis quelque temps: j’en ai marre de dire que je suis infertile. Gna gna gna. Infertile mon cul ouais, stérile c’est pareil, n’ayons pas peur des mots. Je suis stérile jusqu’à ce que j’aie un enfant, et à ce moment j’arrêterai de l’être.

Alors, ouais, je sais, vous allez me dire « Nan mais toi tu PEUX avoir des enfants, si tu vas avec quelqu’un d’autre que ton mari, c’est pas pareil, lui il pourra jamais ». Ouais, c’est vrai, sauf que je veux pas avoir des enfants avec quelqu’un d’autre que mon mari. Tant mieux vous me direz. Ouais c’est bien ce que je pense aussi. Du coup, en acceptant la monogamie (ouais, j’ai fait voeu de monogamie par le biais du mariage), j’accepte de devenir stérile par contagion. Ou en tout cas c’est tout comme. Et je n’ai aucun regret.

Bon, touchons aussi un point sensible. Rien que d’écrire que je pourrais avoir des enfants avec quelqu’un d’autre, et que monsieur Faithful pourrait aussi bien rester seul à jamais, et finir dévoré par ses vingt chats, ça me fait mal. Bon, même sans l’histoire des chats je veux dire. Ca me fait mal de me dire que c’est tombé sur lui. D’ailleurs, c’est qu’un hasard, ça aurait pu être moi, ça aurait rien changé. D’ailleurs un jour on se rendra peut-être compte comme ça arrive souvent en AMP que moi aussi j’ai un problème de glaire, ou tubaire, ou de kyste, ou un autre truc tout aussi glam’s.  Seulement pour le moment, c’est sur lui que toute la faute retombe. En plus il est cool mon mari, il se plaint moins que moi. Du coup c’ets difficile de savoir à quel point il souffre. Je vis avec lui, et j’ai juste aucune idée de comment ça le travail. J’imagine qu’il fait avec, et que la plupart du temps il en a juste rien à foutre, mais quand même, j’ai déjà eu quelques indices qui me laissaient penser que c’était quand même une blessure pour lui.

Du coup voilà, j’ai une sorte de culpabilité de ne pas pouvoir lui faire comprendre que je partage ça avec lui, qu’il n’est pas tout seul, que je m’en fous en fait, que c’est pas lui, c’est nous. Si je vous le dis, c’est surtout pour ceux qui me lisent et qui se sentent responsables de l’infertilité de leur couple. C’est la vie, c’est comme ça, quand on choisit de se mettre en couple, c’est aussi parce qu’on se sent capable d’affronter ces choses-là. C’est juste ça l’amour mes bons amis. Ouais je dis des trucs un peu neu-neu. Je m’en tape le cul parterre si vous saviez.

Et cette culpabilité je m’en suis rendue compte en regardant le documentaire de france 5 de la semaine dernière. La donneuse d’ovocytes qui avait déjà trois enfants et qui est tombée enceinte après le reportage, elle a donné autant d’ovocytes que moi à la dernière ponction. Bah merde que je me suis dis. Je me sentais super coupable de pas avoir une putain de réponse en feu d’artifice au traitement, et d’avoir juste une réponse normale. En fait, je crois que quand le Dr K. Nous a dit « Vous avez une réponse normale, un peu faible en vue de votre âge », j’ai un peu dû inconsciemment sauter sur l’occasion pour avoir ma part d’infertilité aussi.

Mais maintenant je me dis qu’il n’est plus temps de se chercher des excuses. Si les fiv précédentes n’ont pas marché, c’est juste parce que c’est AUSSI une question de chance. On n’a pas eu de chance et c’est tout. Maintenant, c’est le moment de reprendre confiance dans mon corps et de me dire que oui, il est tout à fait normale, et qu’avec la sélection des spermatozoides de monsieur Faithful, on est bon, on est autant apte à garder ces putains d’embryon que n’importe qui. Non, on n’est pas des supers-héros de la préocréation, on est juste dans la norme. La norme, c’est déjà pas mal d’espoir je trouve, on n’y a pas été souvent depuis trois ans.

Je me sens une femme stérile et j’ai aucun problème à le dire, je sais qu’un jour mon tour viendra (enfin, j’espère en tout cas). Je me rends compte que j’ai tout ce qu’il faut pour pouvoir accueillir notre enfant en moi. Reste plus qu’à compter sur la chance!

Nan mais comment elle est poutou mon image d'aujourd'hui, j'en reviens pas