Je vous dis ça, mais j’adore Noël. Je n’ai pas le souvenir en trois ans d’en avoir mal vécu un, j’ai toujours été heureuse de me retrouver avec ma famille, et qu’on s’offre tous des cadeaux. Ouais je suis une fille matérialiste. Alors oui, j’ai maudit le père Noël qui ne m’apportait pas le cadeau que je demandais, et j’ai rêvé de vivre un Noël avec moi aussi ma famille. J’ai beaucoup de chance les gens. Vraiment beaucoup de chance.

Ceci dit, je comprends quand même que y a des trucs gonflants à Noël. Comme supporter les enfants des autres, et vous savez que les enfants des autres sont insupportables. Comme supporter les annonces de grossesse des belle-soeurs et / ou des cousines qui ont le mauvais goût d’attendre la bûche pour dire « Hihihihiiiiii non pas de champagne pour moi je vais avoir un bébé! » (pute pute pute comme on dit chez moi). Comment survivre mes bons?

-L’alcool. Le champagne, mais les autres aussi, vous gênez pas, c’est fait pour.

Offrez des cadeaux pourris aux enfants que vous n’aimez pas trop. Bah quoi? Vous n’avez pas d’enfant, vous nêtes pas supposez savoir qu’ils sont complètement insensibles à la prose de l Dostoïevski, merde, désolée d’voir voulu les instruire aussi, bah l’an prochain ce sera Barbapapa alors, bravo la société de consommation. Comment ça il va avoir 12 ans?

– L’alcool. Ouais je suis un peu osbédée. Et puis si vous vomissez dans le salon avant l’ouverture des cadeaux, vous aurez peut-être gâché le Noël des autres.

– Si quelqu’un annonce une grossesse, mettez-vous à pleurer à chaudes larmes, et racontez votre hystéroscopie. Ou votre dernière ponction. Nan sérieux, c’est bien d’instruire les gens, et puis Noël c’est le partage, et puis la bonne femme, ça la changera des récits d’accouchements horribles, et elle arrêtera peut-être ed dire « Hu, être enceinte c’est pas facile, je suis fatiguée, oulala, j’en ai assez, je regrette de m’être fait tronchée il y a quatre mois j’aurais su j’aurais pas arrêté la pilule. » Oui, bon, y en a aussi des sympa c’est vrai. Mais on parle pour le cas où vous passez Noël avec des gens pas sympa n’est-ce pas?

-Parlez de vos règles à table.

– Extasiez-vous sur les délices du saumon fumé, du champagne, du foie gras. Hum. Le champagne quoi.

 

Ce sont de maigres consolations vous me direz. Ouais c’est vrai. Mais après tout, il s’agit juste de survivre, en attendant votre heure de gloire à vous, un jour. Et des bises, et du courage surtout, j’espère que vous avez fait le plus gros dans l’attente.

L’an dernier, le 24; c’était le jour de ma première piqûre de decapeptyl de ma vie. Hiiiiiii, nostalgie quoi.

D’autres idées?