En revenant de la maternité je m’étais dit que j’écrirais deux billets par semaine. Et puis en fait nan. Bon, c’est vrai que j’ai moins de temps, mais pas que.

J’ai surtout du mal à trouver des trucs chouettes à dire. J’écris des billets, et puis je les trouve nuls, alors j’efface. Et puis il vaut mieux rien dire que dire des merdes.

Je ne veux pas que ce blog devienne un blog de maman. Déjà, y en a plein qui font ça et mieux que moi. Ensuite, j’ai un humour très limites, je pourrais pas m’empêcher de faire des blagues vaseuses sur la sexualité de mon fils ou sur la taille de son pénis, et je suis pas certaine d’avoir le droit de diffuser ça sur la toile sans son accord: après tout, bien assez tôt il aura probablement sa page facebook ou pire, son propre skyblog pour dévoiler des choses gênantes sur lui. Et puis ma vie de maman, j’ai envie de la garder un peu pour moi, pour mes proches je vous avoue. Parler de ma chatte et de mes règles j’ai pas de problème avec ça, mais parler de toutes ces belles petites choses qui font désormais mon quotidien, c’est une autre limonade.

Et ouais, aussi, ma vie de maman n’est pas drôle. Elle est heureuse, elle est routinière, tout ce que j’aime. Bon, évidemment y a des côté un peu inconfortables. Ouais dormir toute la nuit d’une traite (avant d’être enceinte donc, pendant j’étais insomniaque rappelez-vous, donc c’était déjà pourri) c’était quand même chouette. Ouais des fois j’aimerais bien pouvoir aller, oh, je sais pas, faire caca, comme ça sur un coup de tête sans avoir à planifier. Mais ça c’est rien.

Du coup, je me laisse le temps d’être absente. Très absente même s’il le faut. Absente à jamais même si c’est nécessaire, pour retrouver l’inspiration, et puis pour que ce blog reste ce qu’il veut être: un blog sur l’infertilité!