Hier, une copine m’a expliqué qu’elle était un peu chafouin pask’elle avait eu ses règles et que du coup bah et elle était pas enceinte ce mois-ci, et que même si elle avait eu sa première en bébé surprise bah avec ses cycles tout désordonnés elle savait pas quand elle allait ravoir son deuxième bébé qu’elle voulait très fort là maintenant tout de suite;

Je caricature un peu, mais elle me l’a dit d’une façon que je sais pas, ou alors il était tard et j’étais fatiguée, mais j’ai été touchée par sa peine (en vrai elle m’a dit « quand j’ai eu mes règles ça nous a désambiancé » mais j’ai trouvé que c’était moyen comme expression). J’ai cru que j’avais changé. J’ai flippé putain. J’ai cru que j’étais devenue une gentille.

Heureusement, le lendemain, autre mail d’une autre copine qui me confie « ouais à toi je peux le dire je pense que tu me comprendras » que depuis six mois qu’elle essaye de faire du zizi panpan avec son mari bah y a toujours pas de bébé et que ça la rend pas trop contente. Et je lui ai renvoyé un mail sincère pour essayer de la réconforter. Et en même temps je me suis dit que putain, quand même, bah voila, je suis pas la seule, c’est cool, parce qu’elle était un peu trop facile sa vie en plus, y a un moment faut bien galérer un peu comme tout le monde merde, parce que l’infertilité c’est bien sympa mais faut partager aussi! C’est quand même chouette de voir que je suis pas la seule loseuse incapable de faire un bébé en deux temps trois mouvements (oui parce qu’au début vous leurrez pas c’est ce qu’on se dit hein).

Bon ça va, je suis toujours la même pute aigrie. Encore pire parce qu’en plus maintenant j’ai un bébé, alors on se demande ce que j’en ai à foutre du bonheur ou du malheur des autres.

Ces deux copines je leur ai dit que je les comprenais. Et franchement c’est vrai. Est-ce qu’elles m’ont parlé de ça parce qu’elles voulaient que je leur dise « Han mais c’est rien attends moi j’ai attendu trois ans en plus t’as aucun problème estime toi heureuse »? J’en doute. Et puis c’est pas ce que je pense. Nan parce que dans ce cas on n’a qu’à dire que y a une hierarchie, que moi j’ai quand même moins attendu que beaucoup d’autres par exemple, alors je vais quand même pas me plaindre et dire que j’en ai chié alors que bon, deux fiv quoi, Céline Dion elle en a fait six et elle est pas venue chialer.

Quand ma soeur est tombée enceinte de ma nièce que j’aime d’amour fou (j’aime aussi ma soeur d’amour fou. Mais elle est carrément moins mignonne que sa fille), bah ça a été super dur pour moi. J’ai pleuré je crois un peu. J’ai grave ruminé ça, pendant au moins deux mois avant de le digérer complètement. Ca me faisait une peine terrible de me dire que j’étais à la traine sur ce coup-là, j’avais l’impression que c’était tout noir dans ma tête et que j’étais vraiment une bonne à rien. Et vous savez quoi? Ca faisait que quatre mois que j’essayais de fabriquer un bébé (oui avant on pensait qu’on le ferait nous même hahahahaha on était poutou nous aussi).

A six mois d’essais j’étais deséspérée déjà, je chialais ma race dès qu’on me parlait d’une grossesse, et je croyais que j’y arriverais jamais. je faisais genre « mais nan on consulte qu’à partir d’un an c’est pas grave six mois, c’est pas comme si tout le monde autour de moi tombait enceinte en C1 HAHAHAHA c’est rien du tout », mais dans le tréfond de mon dedans intérieur j’étais très triste.

Est-ce que j’avais le pressentiment que ça allait pas être une mince affaire. J’en sais rien, je crois pas trop aux pressentiments. La seule chose dont je me souviens, c’est que j’ai pas l’impression que ma tristesse a augmenté. Le désespoir oui, et la jalousie, et l’aigreur. Mais j’ai été triste assez vite enfin de compte.

Tout ça pour vous dire que voila. Je croyais que j’avais changé. En faites nan. On est toujours la connasse de quelqu’un comme disait Caro du coup, et j’imagine que je suis celle de pas mal de monde. Je m’en fous ma seule résolution en 2013 c’est d’assumer mon côté pute. J’en profite juste pour remercier les copines IRL ou virtuelles, qui ont toujours fait l’effort d’un petit message privé pour m’avertir de leur grossesse avant que ça devienne mainstream. Je sais pas si c’était facile mais j’ai trouvé ça très délicat. Et que vous l’ayez attendu un mois ou un an, je me suis toujours réjouie pour vous. Image