Archives de la catégorie Fée condation in vitro 1

Oui, alors je sais que la plupart d’entre vous on choisi l’option A, celle qui donne des MST, et des chlamydiae pour faire des bébés. Grand bien vous fasse, cher peuple fertile. Aujourd’hui, ma mission et d’éveiller chez vous des regrets en vous présentant ce que vous auriez pu avoir si comme nous vous aviez eu le bon goût de n’être pas fertile.

Alors quand on fait une fiv, on fait les bébés comme ça:

janvier 2011, première fiv pleine de candeur et de naïveté... Et ouais, j'ai fait une trace de sirop de grenadine dessus. Ou de vin rouge je sais plus.

Et si on est très chanceux, et qu’on a des embryons surnuméraires assez costauds pour la congélation, on peut aussi faire des bébés comme ça:

En haut à gauche, vous pourrez admirer ma magnifique écriture, ainis que ma magnifique date de mes dernières règles et de premier dosage

Pour tout vous dire, la première fois que j’ai vu ces feuilles, je me suis dit que faire des enfants, c’était beaucoup trop difficiles pour moi et que j’arriverais jamais à faire tout ça sans rien oublier. Et bah j’ai réussi. Bon, pas à faire des enfants, mais au moins à suivre le protocole dans l’ordre, c’est déjà méga balaise j’ai envie de dire.

Pour le TEC, je trouve que l’ordonnance pour la prise de progynova ressemble à une putain de partie de Kamoulox, c’est dingue, j’ai dû tout noter dans mon agenda avec un code couleur et tout, et même comme ça je suis pas sûre de me souvenir quand est-ce que je dois prendre un ou mille comprimés.

Bon, alors j’espère que vous êtes jaloux les gens, de ma façon complètement hygiénique de me reproduire, tellement hygiénique que sur ma prochine demande d’autorisation d’absence, j’hésite à mettre comme raison « fait des bébés, ou en tout cas essaye », parce que ce serait la vérité. Tellement c’est propre comme façon on peut même faire des reportages sur cette façon de se reproduire et la passer à la télé en prime time, pas besoin de l’interdire aux moins de 18 ans. Oui bon, j’ai dit hygiénique, pas intime non plus, hein.

Les amis, laissez-moi vous apprendre un truc: j’ai des cheveux magnifiques. Magnifiques de chez magnifiques, genre tout le monde me les envie (mais personne ne voudrait les avoir, bande d’hypocrites):frisés comme un agneau, longs jusqu’aux reins (bon, pas tout à fait, mais personne n’ira vérifier). Au siècle dernier, quand il m’arrivait encore de les lâcher, tout le monde poussait des oh! et des ah! devant tant de magnificence.

[Je tiens à signaler aux mauvaises langues qu’à aucun endroit, non, aucun, pas du tout jamais jamais, je n’ai exagéré dans ce passage. Je suis magnifique ce n’est pas ma faute]

Avant, j'étais mince jeune et chevelue, je ressemblais à ce genre de bonnasse

Sauf que là, avec le traitement, le stress, la fatigue, c’est la catastrophe, mes cheveux ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Enfin le tier devrais-je dire. Bon, j’aurais dû m’inquiéter plus tôt de les perdre par poignées régulièrement, et dans garder toujours une demi-douzaine dans la main dès que je passais ma main dans mes cheveux,en même temps, j’en ai toujours perdu pas mal. J’aurais dû trouver ça inquiétant aussi d’avoir bouché la baignouche [chez nous, on n’a pas de baignoire, mais on a une sorte de baignoire carrée dans laquelle on ne peut pas s’asseoir et qui ne sert qu’à prendre sa douche. C’est de la merde, et on n’appelle ça la baignouche] 4 fois en un an rien qu’avec mes cheveux.

Bon, c’est la caca, la cata, la catastrophe, en plus je faisais exprès de les attacher tout le temps pour pas qu’ils s’abîment depuis un an, chuis dégoutée.

Bilan des deux fiv:

– 7 kilos

– 2 tiers de cheveux en moins

pas de gros seins (enfin, si, mais avec un gros cul en prime)

– zéro enfant.

On va dire que cette année c’était pas la bonne, que là, on prend les grandes vacances, et on se refait un nouveau départ en septembre ok?

P.S.: Cher enfant, tu as intérêt à te pointer, parce que vu comme c’est parti ton futur père risque de me quitter pour une fille qui ne sera pas chauve, et je ne pourrai plus jamais retrouver un autre homme. Alors magne toi.

Nous sommes toujours les mêmes, tous les deux, en galère, à n’avoir plus que quelques options possibles pour récupérer un foutu gamin qui fait son caprice pour venir.

J’ai encore rendez-vous lundi matin pour ma prise de sang et mon échographie de contrôle de blocage.

Il me reste des capsules de decapeptyl, des seringues, des aiguilles de la dernière fois.

Et en même temps, tout semble différent.

J’ai pas le feu au cul pour aller à la pharmacie et avoir mon traitement pour commencer.

J’ai oublié de faire mon prélèvement vaginal (classe), parce que je croyais que j’avais le temps. En fait j’ai pas tellement vu le temps passer entre les deux tentatives. Mais la secrétaire mal baisée qui m’a prise de haut parce qu’elle n’avait pas tous les documents apparemment si. Du coup, je commence le traitement aujourd’hui, mais si on découvre un truc suspect, fini la FIV. Le stress quoi.

On n’y va pas la fleur au fusil. Enfin pour monsieur je sais pas. Mais pas pour moi. Maintenant, on connaît l’échec, alors je vais pas vous mentir, c’est difficile d’être aussi optimiste que la dernière fois. C’est difficile de se dire qu’on ne peut que gagner quelque chose. Et puis je veux pas vous mettre la pression, mais si cette fois ça rate, ce sera la grosse loose, depression, toussa toussa! Ca voudra dire qu’on a perdu 50% de chances d’avoir un enfant par ce biais, et que notre espoir fond comme neige au soleil. Sérieux, si là ça ne fonctionne pas, je serai à ramasser à la petite cuillère, et j’essayerai pas de faire la fille qui essaye ‘être de bonne humeur quand même entre deux sanglots. Si ça fonctionne pas là, ça va chialer sec!

Du coup, nous y voilà, à la FIV2, où j’espérais naïvement à Noël dernier que nous ne serions jamais rendu. J’y crois, et en même temps je refuse de me projeter. Je refuse de m’imaginer enceinte. Je refuse de me demander comment je serai cet été, comment je serai cet hiver. Je ne suis pas morte d’angoisse, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que non, rien n’oblige le bordel à fonctionner cette fois-ci plus que l’autre. Et d’un autre côté, on a nos marques dans le circuit maintenant, on n’y va pas à l’aveugle en découvrant tout au fur et à mesure que ça nous arrive. Alors on verra.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et non, je pas de Fantaghiro aujourd’hui! Si vous êtes venus happés par les souvenirs évoqués par mon titre, on peut dire que je vous ai bien niqués. En même temps, en temps que journaliste d’investigation infiltrée dans le monde de la FIV, c’est le moment de faire le billet un peu cracra sur mon cycle, ma teu-cha, aka ma caverne de la rose d’or. On sait jamais trop comment appeler ce machin-là. Quoi qu’il en soit vous pouvez vous arrêter ici si vous êtes 1) un homme 2) enceinte après six mois d’essais ou moins, ça ne va pas trop vous concerner 3) sensible 4) pas intéressé par la vie de mes fonds de culottes.

 

Bon, je m’oblige un peu à écrire ça, par pure charité bien entendue, parce que je n’ai aucune idée de ce à quoi est supposé ressembler un cycle post traitement FIV, c’est-à-dire un cycle bio après s’être plus piqué aux hormones qu’une vache MacDonald’s. J’ai pas regardé sur internet, j’avais pas envie de tomber sur les réponses surexcitées des filles des fora, mais je me dis que le but de mon blog, c’est quand même de raconter ce que c’est que l’amp, et que mon émouvant témoignage servira peut-être à une autre un jour.

 

Alors à la base, j’ai des cycles un peu freestyle. Comprenez: des cycles qu’il faut pas trop traumatiser, et qui ont conscenti magnanimement à se réguler et à ressembler à quelque chose environs huit mois après avoir arrêtéla pillule. C’est-à-dire qu’à la moindre contrariété, au lieu de durer environ 30 jours, j’en ai pour 50 jours.

 

Je vous avais dit que ce serait passionnant aujourd’hui, hein? Allez on continue, pour plus de suspens et d’aventures.

 

Ca a quand même fini par se réguler, et grâce à mes courbes de températures (ah! La joie et le bonheur de commencer la journée en se carrant un thermomètre dans le trou du fesse!) j’ai quand même fini par savoir que j’ovulais bien 14 jours avnt mes règles. Yo!

Donc, là, ça aurait dû être le jour de la prise de sang négative. Tant qu’à faire, j’aurais autant aimé, mais nan. Le lendemain alors? Des clous. Le surlendemain? Même pas en rêve. J’ai eu mes rêves environ dix jours plus tard, cool non?

Ensuite, je suis partie en vacances. Et ouais, j’ai de la chance déjà, tout tombe dans le bon ordre quand même. Et en vacances, environ une semaine après la fin de mes règles, quoi donc? Tada! Des autres règles. De deux-trois jours, et pas très abondantes.

 

Vous sentez le glams prendre possession de votre corps?

 

Et maintenant, sorties de je en sais d’où, depuis hier, d’autres vagues traces marrons de sang (oh, c’est bon, il est 21h, plus personne ne dîne là, sinon ça vous apprendra à prendre vos repas à des heures décentes!).

Ca va s’arrêter un jour? Est-ce que mon cycle va finir par ressembler à quelque chose? Les glaires blanc d’oeufs (voire verte) que j’ai eue annonçait-elle vraiment l’ovulation? Mais d’en ce cas, que dire des glaires crémeuses? La suite des aventures de votre héroïne je ne sais quand, quand je recevrai enfin un signe que mon cycle ne va pas durer six mois, parce que là sérieux, c’est n’importe quoi.

En exclusivité pour vous... ma caverne. Il paraît qu'il y en a qui sont morts là-dedans. Ca fait un peu film d'horruer italin des années soixante-dix cette idée je trouve.

<span style= »display:block;width:147px;height:26px;position:relative;padding:0;border:10px 0px;margin:0;clear:both; »><a href= »http://www.hellocoton.fr/vote &raquo; target= »_blank » style= »display:block;width:121px;height:26px;position:absolute;top:0;left:0; »><img src= »http://widget.hellocoton.fr/img/action-on.gif &raquo; border= »0″ style= »background:transparent;padding:0;border:0;margin:0;float:none; » /></a><a href= »http://www.hellocoton.fr &raquo; target= »_blank » style= »display:block;width:27px;height:26px;position:absolute;top:0;left:120px; »><img src= »http://widget.hellocoton.fr/img/hellocoton.gif &raquo; border= »0″ alt= »Rendez-vous sur Hellocoton ! » style= »background:transparent;padding:0;border:0;margin:0;float:none; » /></a></span>

J’ai passé de bonnes vacances, j’en ai presque oublié qu’on repartait pour une FIV en mars. Du coup je commençais à prévoir un nouveau petit voyage vers avril, j’ai même promis à des potes qu’on irait les voir à cette période, bah je crois que je vais plutôt me la mettre derrière l’oreille et puis je la fumerai plus tard. Et surtout, en rentrant hier soir, LA lettre de l’hôpital de Sèvres, avec mes nouvelles ordonnances et mon traitement. Je dirais pas qu’il est nouveau, c’est le même qu’avant. Faut juste refaire un prélèvement cervico-glams-vaginal (qui m’expliquera peut-être pourquoi dans ce cycle post traitement FIV je me suis retapé trois jours de saignements dix jours après la fin de mes règles. Ah vous êtes pas déçus du voyage aujourd’hui hein? Je vous fait rêver là!) et que pour monsieur, il faut faire une auto-conservation de sperme. Le stress. Pourquoi ils veulent ça? On arrive à la fin du puits de sperme? Les spermatozoides étaient pourris à ce point la dernière fois?  Heureusement qu’on a rendez-vous avec le biologiste la semaine prochain, sinon bonjour l’angoisse d’ici là!

Et c’est vacances m’ont aussi permis de me rendre compte que j’en ai marre des conneries des gens. Je vais essayer d’exposer le problème de façon plus objective: je me sens de plus en plus agressée par des propos qui ne sont pas destinés me blesser (voire qui ne me sont pas destinés du tout, mais ça j’en parlerai plus tard).Bon, je dirais que les conneries qu’on entend se divisent en trois catégories.

D’abord, les pseudo-bienveillantes. Les « Et vous, ça vous dit pas d’avoir un enfant? » « Pourquoi vous faites pas d’enfant? » « quand est-ce que vous vous y mettez? » Alors au cas où vous ne le sauriez pas mesdames et messieurs je-ne-sais-pas-ce-qu’est-un-cycle-2, il ne faut pas demander aux gens pourquoi ils n’ont pas d’enfants. Ou s’ils comptent en avoir un jour. Peut-être que c’est juste parce que le couple en question veut « profiter », mais souvent, c’est aussi parce que comme nous il galère à mort! Et puis sérieux, qu’est-ce qu’on en a à foutre de si les gens veulent ou pas des enfants?.

 

Ensuite, il  a les curieuses, et les intrusives. Qui reviennent à la charge. Et qui harcèlent ma mère jusqu’à ce qu’elle leur crache le morceau (ouais, je l’aime bien mais j’ai envie de la tuer sauvagement régulièrement). Et quand ils savent la vérité, je sais pas s’ils sont contents ou gênés. Mais je pense que ça leur fait plutôt plaisir en fin de compte.

 

Et puis la réaction qui me soulent le plus, c’est celle que ne se sont permis que les deux personnes les plus proches de moi. Du coup c’est encore plus blessant. C’est une question con, déplacée, malvenue et qui montre que finalement, les gens ne nous connaissent ni ne nous comprennent jamais autant qu’on le voudrait:

– Tu peux faire une FIV avec le sperme de quelqu’un d’autre sinon?

Bah ouais. Mais ça servirait à rien pour deux raisons: le principe de l’ICSI, c’est de choisir les meilleurs spermatozoides, qui sont donc aussi valides que ceux de n’importe quel autre home, c’est juste qu’il y en a beaucoup moins donc il faut les choisir. La deuxième raison, c’est que je vois pas l’intérêt. Même si c’était une solution, je voudrais pas, parce que le bébé on le veut avec notre code génétique à tous les deux ou aucun de nous. On veut pas juste tomber enceinte pour pouvoir s’acheter des fringues a rayon maternité de kiabi, se plaindre que je suis grosse et chiante, et pouvoir expliquer aux gens que « Han! J’ai trop souffert tu sais, maintenant ma teu-cha est en lambeaux et je fais pipi quand s’éternue ».  Ca, c’est du bonus, mais si on doit s’en passer, on le fera. Sont cons les gens, à toujours foutre leur nez partout. Et à poser des questions de merde comme ça.

 

Et demain, pour continuer sur ma lancée de femme frustrée qui se sent victime de la société, je serai une grosse bitch et je vous expliquerai pourquoi je ne vais quasiment plus sur les blogs de grossesse, venez nombreux!

 

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Je vois pas d’autre explication. Depuis lundi dernier, avec monsieur, on est trop choubidou. Trop trop trop. on on a de fugaces épisodes d’engueulade où il nous faut toute notre maîtrise d’adultes pour ne pas en venir aux mains, mais à part ça, on est putain de mignons tous les deux.

Alors déjà, d’habitude, monsieur Faithful préfère Gran Turismo que moi. Bah là nan. Nos conversations ça donne:

-Tu viens mon petit rognon d’amour, on va au cinéma ce soir?
– Mais oui mon sucre, ma fleur des champs, mon petit agneau couleur de l’arc-en-ciel, qu’est-ce que tu veux voir?

Ou alors:

– Oh dis donc petit bonbon de mon coeur, tu sais ce qu’on devrait faire? On devrait aller se promener des fois, hein? On irait marcher au parc, ou au bois, ou à l’autre parc? Hein que ce serait trop choupi mon petit cochon de lait?
– Mais bien entendu ma fraise des bois, c’est une bonne idée!

Mais la plus belle preuve d’amour qu’il m’ait offerte ces derniers jours, c’était cette proposition-là:

– On va au Mac dounald demain? J’ai envie de tester le nouveau sandouich au cantal?

Oh putain monsieur Faithful! Je te love de tout mon coeur!

Il faut savoir que monsieur Faithful est au régime depuis trois ans sans interruption, qu’il ne se nourrit presque que de salade, de tomates et de fruits (avec de temps en temps un pastis à l’apéro quand même faut pas déconner), que monsieur Faithful pisse à la raie des fast-food en tous genre (même mon grec du lundi, et ouais messieurs-dames! Enfin il lui pisse à la raie, c’est une image on est d’accord? Il pisse pas vraiment sur ma bouffe, je le laisserait quand même pas faire). Et là, LUI me propose un macdou? Parce que moi j’adore le Macdou, et du coup j’y vais presque jamais avec lui!

Donc samedi, en rentrant du travail, j’étais toute guillerette de savoir que le programme serait macdounald en amoureux (ouais je sais ça fait beauf mais j’en n’ai rien à foutre!) et promenade au bois (nan y a pas de putes dans notre bois! Il a juste mérité il y a deux ans un article dans Têtu sur les spots hot de l’été, mais on n’en a rien à foutre même si le fait que mon mari aille y faire du vélo tout seul deux fois par semaine, c’est louche, et on se fout bien de sa gueule à cause de ça).

Le moment cul-cul de la semaine:
L’AMP d’une manière générale, ça nous a vraiment rapprochés monsieur Faithful et moi (et pas seulement parce que ça nous a précipités dans le mariage). Moi j’ai eu l’assurance dès ce moment-là que c’était lui. Je sais pas pour combien de temps, mais ça me parait éternel pour l’instant. Mais cet échec en plus, inconsciemment, ça nous a rendu plus attentif à l’autre, pas plus protecteur parce qu’on n’est pas comme ça, mais on s’est ressoudés, physiquement et moralement, on a eu besoin de rester ensemble, plus. Bah voilà, c’est fait, j’ai été nian-nian, je me sentirais presque un peu sale, merde.

Toi je t'aime, et je m'en fous si les gens méprisent mon amour pour toi...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ca, c'est moi. Quoi je vous avais jamais dit que j'étais bonne?

Hier, j’ai pris mon courage à deux mains, et je suis allée voir the big boss et je lui ai tout raconté. Au début je voulais pas y aller, j’avais peur qu’elle le dise à tout le monde, mais en même temps, y a un truc que je sais d’elle: la loi, c’est la loi, s’il y a une règle, elle la suit un poussin suit sa mère. Elle a quelque chose de Javert, mais pour le coup ça m’arrangeait pas mal. Et puis avant j’étais allée voir une collègue pour prendre la température et elle m’avait dit que c’était ok avec big boss, « les trucs classés secrets défense, elle adore ça » qu’elle m’a dit ma collègue. Du coup j’ai tout déballé: la fiv ratée, que ça allait recommencer en mars, et même que la prochain fois bien sûrement je demanderai qu’on me donne une semaine d’arrêt pour pas avoir à me taper 70km par jour de voiture…
Faut dire que je venais de signer ma note, et que comme on dit à l’école primaire, cette année j’avais que des Té Bé. Classe. Même pour la ponctualité, alors que franchement, c’est pas toujours toujours ça.

Bon, du coup j’ai pris ma tête de mignonne, et alors je lui ai tout raconté. En plus j’ai vachement hésité à y aller, parce que j’avais peur d’avoir l’air con et de me mettre à chialer dans son bureau. Remarquez, elle aurait trop aimé se rendre sympa et me consoler je suis sûre.

Bon, comme j’ai un petit côté salope revancharde aussi, j’ai gardé ma tête de mignonne pour lui dire « Et je voulais vous dire aussi, peut-être que vous allez trouver que c’est déplacé, ou que j’aurais dû en parler à la personne concernée,hein, mais votre secrétaire, bah elle a bien vu que j’essayais de cacher la raison de mon arrêt, et ça l’a pas empêché de me dire qu’elle savait très bien pourquoi j’étais pas venue et de me faire ses félicitations. Vous comprendrez que c’était quand même un peu déplacé, hein? »

Là, Big boss, elle a été trop cool, elle m’a dit que c’était pas la prochaine fois, que maintenant, je passerais directement par elle pour donner mes papiers, et que si la secrétaire redisait quoi que ce soit elle lui ferait une remontrance. Alors là, trop contente la meuf! Franchement, faut vraiment être dans la fonction publique et être sûre de pas pouvoir se faire virer pour avoir aussi peu de conscience professionnelle que cette salope secrétaire je trouve.

Donc voilà, je suis vengée, the big boss me surkiffe et compatis, trop belle la life. En plus j’étais en train de dire « Comme c’était des arrêts un peu intempestifs, je voulais pas que vous pensiez que je faisais la grasse matinée au lieu de venir » (oui j’en ai profité pour un peu fayotter, mais j’aime qu’on m’aime que voulez-vous), ce à quoi elle a répondu cette phrase énigmatique (et rassurante en même temps):

Mais Madame Faithful, on sait bien que si vous avez été absente, c’est qu’il devait y avoir quelque chose de lourd derrière, autant pour d’autres on sait que bon… mais pour vous on n’avez pas de doute!

Quoi? J’ai des collègues qui seraient des fumistes????? Mais je veux des noms!

Rendez-vous sur Hellocoton !

est également lâche. Bon, c’est pas de moi, c’est de Vigny, mais je peux quand même me la péter non?

Hôpital au téléphone aujourd’hui, le labo d’abord, pour m’entendre dire que je n’avais pas d’embryon congelé. En même temps, si c’est pas de la bonne qualité, autant repartir de zéro. Et c’est ce qu’on va faire. Au mois de mars. Oui parce que le bon côté des choses, c’est que y a des hôpitaux où on demande une période de repos d’entre deux et six mois pour reposer les ovaires. Bah à Sèvres apparemment ils en ont rien à foutre, j’aurais pu repartir dès mes prochaines règles s’ils avaient eu de la place, mais comme ils n’en n’ont pas je repars sur mes règles de mars pour tout le tralala, decapeptyl, echo de contrôle toussa toussa quoi. J’ai l’air lasse? non, non, pas du tout! Bon, au moins on va pas mettre trop de temps. Parait-il que je dois signer ma proposition de note aujourd’hui (qu’apparemment ‘jai perdu, mais ils avaient qu’à me la mettre dans un endroit rangé aussi), bah au moins je serai déjà notée quand je vais re-être absente! Si cette fois-ci je n’exige pas un arrêt de travail pour tout la première semaine suivant le transfert, en prétextant mes 70 km aller-retour journalier (et ouais, je vis dans un grand département, et je travaille à l’autre bout! classe!)

Bon, Mister F; est pas bien, moi j’ai pas une pêche d’enfer non plus, mais ça va, y a pas mort d’homme non plus. Ce matin on arrivait plus à dormir à partir de 04h30 tous les deux, comme des cons à se retourner dans le lit. Sauf que lui est en vacances, ça devait être moins soulant pour lui!

Je me refait le film en me demandant si j’ai merdé un truc, mais je crois pas, c’est juste pas de chance, alors on va peut-être pas en parler pendant cent sept ans.

Hier en rentrant du travail monsieur Faithful e raconte:
« Juste après que tu m’as appelé pour me dire que c’était mort, je relève la tête et comme cliente, bam, une femme enceinte. Je me suis dit que c’était le destin! Je lui ai vendu le plus gros contrat qui me rapporter. Et en plus je suis sûr qu’elle en avait pas besoin. »
Bah c’est bien fait pour elle, na, on peut pas tout avoir dans la vie: des gosses et avoir à faire qu’à des vendeurs honnêtes.
Voilà! On est devenus officiellement un couple méchant et aigri je crois!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aujourd’hui,ça a été le jour anti-loose: que des bonnes surprises, que des trucs qui tombent bien comme il faut, un bon lundi quoi,pas comme le dernier.

Alors évidemment, ça ne m’a pas empêchée d’avoir les mains un peu tremblantes quand j’ai ouvert l’enveloppe pour avoir les résultats. Ca n’a pas empêché non plus les résultats d’être négatifs. Bon, pas marrant comme façon de finir la journée faut avoue. Mais ça arrive. Et puis si c’était écrit quelque part que cette preière tentative devait se solder par un échec, autant qu’on en finisse au plus vite avec elle. Et puis comme quoi, on peut être quelqu’un de très bien, et puis rater sa première FIV quand même!

Bon, évidemment, là, c’est pas la grande forme, je vais pas vous mentir. Mais si je me mettais à vous dire à quel point je suis déçue, et comme j’ai l’impression d’avoir fait tout ça pour rien, je crois pas que j’irais mieux après. Et encore, j’ai pas vu la gueule de monsieur Faithful, quand il va rentrer, on va être deux à l’avoir mauvaise. J’espère qu’on ira au restau quand même. Au moins je vais baffrer des sushi à m’en faire éclater la panse.

Et puis bon, c’est difficile à voir à cette heure, mais faut quand même se dire qu’il y a quelques bons côtés:
– Pendant les vacances, je vais pouvoir re-fumer et re-boire. Bah ouais, des vraies vacances quoi.
– A moi le coca light
– C’est bienfait pour la secrétaire de direction qui me croit enceinte et qui va finir pas se trouver gêner à pas me voir enfler du bide,
– La progestérone c’est fini, je vais re-découvrir ce qu’est un slip propre.

Bon, j’epsère que les embruyons sont au moins tombés dans les toilettes du travail qui sont dégueulasses, ce serait bien fait pour eux. Toute façon, je les sentais pas ceux-là, ils seraient sûrement devenus des délinquants juvéniles, toussa toussa.

Mine de rien, voilà une fois d’usée. Il nous en reste trois, pour tenter de se faire un bébé de nous deux. Après c’est fini. Mais bon, on va prendre sur soi, hein, et puis pêut-être que ça fonctionnera la prochaine fois, et puis la FIV je voulais même pas la faire au début, justement pour éviter de me mettre ans ce genre de situations, et puis on est toujours là, tous les deux, et on s’aime, et on va partir en vacances, et puis je vais me faire tatouer je crois, autant en profiter. Et puis franchement, j’ai vécu des trucs pires que ça dans ma vie, et je m’en suis remise, là, c’est pas pire que faire deux tests de grossesse positifs et avoir une prise de sang négative: on savait que ça pouvait ne pas marcher. Au moins on s’est bien amusés pendant quatorze jours à s’imaginer en futurs parents.

Bon, évidemment, là faut pas qu’on m’annonce une grossesse. Et je veux voir mon mari point barre, les autres je les emmerde! D’ailleurs je devrais aller à la pharmcie m’acheter des vrais médicaments vu que je suis pas enceinte,mais bon, je me sens pas trop, là tout de suite, d’aller lui expliquer tout ça. Elle va bien se guérir toute seule cette crève.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Moi, je crois ni au dieu, ni au diable ni au moine bourru.
Mais là, qu’est-ce que vous voulez, c’est humain, je commence à avoir des flatulences liquides (hhhhummmmmm! quelle image charmante!) Et qu’est-ce qu’on fait quand on flippe et qu’on espère en même temps? Bah on se met à croire que si on a bien mis tous les jours son collier avec l’hirondelle, ça va marcher, que si on a bien mis sur son blog une image avec une bougie (ou avec du feu, ou avec des gens en train de faire du feu… Vous aviez remarqué? Aaaaahhhh les boulets!!!!!) ça v porter bonheur, et on prie tous nos ancêtres et le petit Jésus avec son pagne (nan, pour le petit Jésus je déconne, j’en suis pas là encore).
Et du coup, on fait une liste des détails qui prouvent que la chance a tournée, et qu’elle est reviendue maintenant, c’est fini la loose.

Numéro 5: L’arrêt maladie pour le transfert est admirablement bien tombé, puisque je me suis retrouvée avec presque dix jours de vacances du coup. Trop la chance.

Numéro 4: Je voulais deux embryons, on m’en avait promis qu’un seul. Et finalement, on m’en a foutu deux, sans que j’aie rien à demander, juste comme ça, allez hop madame Faitfhul, c’est pas des embryons 20/20 (je m’en fous, toute façon la perfection, par chez nous, ce qu’on en pense…) alors on vous en met deux. Yeah!

Numéro 3: Je cherchais une excuse pour pas prendre l’apéro chez ma mère hier (oui, d’habitude, à l’apéro, je me jette sur le champagne, quand je refuse un verre, tout le monde trouve ça archi-suspect. Je m’en fous de l’idée que vous vous faites de ma moralité.) Et hier: bam: un putain de rhume qui a failli me tuer (non, je ne veux pas qu’on se moque de moi, j’ai pas l’habitude d’être malade, c’est tout) et qui justifiait tout à lui tout seul.

Numéro 2: La date de la prise de sang, c’est la date du terme de ma copine qui a accouché. C’est pas un putain de signe ça?

Numéro 1: Je croyais que la date de la prise de sang tombait un jour merdique, en fait elle tombe trop bien: le seul jour de la semaine où je commence à 09h25, comme ça j’aurais pas à me lever à l’aube pour aller faire ma prise de sang, et je finis une heure plus tôt, mais à 16h10 quand même, comme ça j’aurais pas à passer du temps chez moi à vomir mes tripes d’angoisse (oui, parce que sachez que je rédige ce billet deux jours à l’avance, mais que rien que de penser que la prise de sang se rapproche, ça me fout la gerbe. Bravo l’esprit zen et détendu quoi!)

Allez, c’est la dernière ligne droite, plus que quelques heures! On a eu tellement de chance jusque là, y a pas de raison que ça s’arrête maintenant? Pas vrai? Bon, demain la loose internationale si en fait tout s’arrête, mais advienne que pourra.