Archives des articles tagués comte

Comme je vous le racontais hier, samedi, nous avons reçu, et nous avons fait un putain d’apéritif dînatoire que même à Un Dîner presque parfait ils en font pas des comme ça. Parce que chez les Faithful, c’est pas très grand, et du coup on est obligés de pique-niquer quand on invite les gens, vu qu’on n’a pas de table à manger. Donc on galère sur la table du salon. Ca nous fait un défi en fait, et du coup, on a érigé la bricole alimentaire en art. Oui en art, je le dis haut et fort et sans honte aucune. Faut bien qu’on innove, et qu’on trouve à chaque fois des bonnes idées de trucs un peu bons qui peuvent se bouffer sans s’en coller par tout, sans en foutre sur le tapis, et sans devoir se faire chier à tenir son assiette en équilibre sur les genoux.

Donc pour ce samedi, on avait: des madeleines au comté et aux noix, des mini-cakes aux tomates séchées, aux pignons et à la fêta, et en dessert des cannelés. Et puis d’autres trucs, mais plus simples genre des sushis et des makis qu’on s’est fait livrer par notre merveilleux traiteur asiatique qui livre aussi le boh bun et le riz cantonais et que je l’aime comme un membre de ma famille tellement qu’il nous rend service, et puis une quiche au saumon et aux grains d’anis. Très bon d’ailleurs, et je dis ça alors que j’aime ni le saumon ni l’anis officiellement.

Donc, vu que j’ai été suppliée et harcelée (traduisez: on m’a posé la question une ou deux fois et je me suis précipitée sur l’occasion pour vanter mes recettes), je vous donne la recette des madeleines salées aujourd’hui, et demain des cannelés comme ça on est sûrs que je dirais un truc intéressant au moins.

Pour les madeleines, les quantités me permettent d’en faire une vingtaine il me semble:

-190g de farine

– un sachet de levure chimique

– du sel

– 4 oeufs

– 190g d’huile d’olive (bon, c’est la recette, moi j’ai mis 150g. Vous me direz que ça change pas grand chose, et vous aurez raison)

– 200g de comté rapé (moi je me fais pas chier, j’achète le sachet tout rapé spécial assisté de la life, et je le fous tout entier sans rien peser. Ca doit faire 180g ou un truc comme ça. Mais vous, vous êtes des citoyens libres, vous faites comme vous préférez)

– 320g de yaourt nature (ça fait deux et demi. Je vous laisse vous faire chier à vous demander ce que vous allez faire de la moitié de yaourt qui va donc vous rester sur les bras)

– Environ 80g de cerneaux de noix (sérieux, là c’est pareil, vous faites plus ou moins comme vous le sentez sur la quantité hein, on n’est pas au gramme près)

– Du beurre et de la farine pour le moule (le mien est en silicone, mais je beurre et farine quand même la première fois pour être sûre. Après, avec 190g d’huile, euh, y a pas trop d’inquiétudes à avoir, le moule est forcément huileux à un moment…)

* Préchauffez votre four à 260°.

* Commencez par préparer les ingrédients tout sur une table (enfin dans des bols, pas directs sur la table, soyez pas neuneux non plus) comme dans les émissions de cuisine. Ils disent ça dans ma recette, et c’est vrai que c’est plus pratique: cassez les oeufs dans un bol, rapez le comté dans un autre s’il est pas tout prêt (sinon ouvrez juste le sachet ça devrait suffire), récupérez les cerneaux des nois si vous les avez pas achetés tout prêts.

* Mettez la farine et la levure dans un premier saladier. Mélangez et faites un puits.

* Dans un autre saladier, mettez les oeufs, le sel, le yaourt, l’huile d’olive et le comté. Mélangez jusqu’à ce que ça ait de la gueule, c’est-à-dire que tout est l’air bah, mélangé quoi. Quand c’est fait, foutez tout ça dans le puits au milieu de la farine, et mélangez en incorporant la farine petit à petit sans faire grumeaux (moi y avait des grumeaux parce que j’ai fait ça comme une dégueulasse, mais ça a a pas posé de problème, c’était quand même trop bon et ça se voyait pas quand c’était cuit). Ca y est, vous venez de terminer votre pâte à madeleine.

* Hachez en pas trop fin les cerneaux de noix (pour que ça reste un peu croquant dans la bouche, si c’est de la poudre c’est pas a peine) et ajoutez à la préparation.

* Beurrez et farinez le moule, et remplissez les cavités aux deux tiers avec la pâte que vous venez de faire (bah ouais, faut bien que vous en fassiez quelque chose au bout du compte).

Alors là, arrive le moment délicat: il faut faire bosser les madeleines. J’en ai fait des fournées et des fournées qui restaient plates, et samedi j’ai enfin réussi à les faire bosser, donc je vais gracieusement vous faire profiter de mon expérience:

* Mettez les madeleines au four à 260°. Dans la recette, ils disent cinq minutes. Moi je vous dis, surveillez jusqu’à ce que les madeleines bossent. Quand il y a une grosse bosse, baissez la température à 190°et laissez 5 mn, mais en surveillant toujours parce que des fois la cuisson est traîtresse sans qu’on sache pourquoi. Moi les temps de cuisson toute façon, j’y crois pas, il vaut toujours mieux garder un oeil avisé là-dessus.

Laissez refroidir avant de manger. C’est quand même meilleur quand ça a plusieurs heures je trouve, quitte à le réchauffer, mais ça c’est mon goût, après vous faites comme vous le sentez, vous pouvez même manger la pâte crue si ça vous amuse.

Du coup cet article est super long. J’ai pas de photo à vous mettre, parce que je pouvais pas prévoir que j’allais devenir votre cooking-guru, et que j’ai pas l’habitude de prendre en photo ma bouffe (enfin si en fait, à mort, mais là j’ai pas eu le temps). Et puis bon, à moins de venir du Tiers-monde, vous savez tous à quoi ressemble une madeleine.  Bon, comme on sait jamais, je vais voler un photo de madeleine sur google pour vous:

Bah voilà, c'est ça une madeleine. Heureux?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le positivisme, c’est une doctrine un peu bizarre d’Auguste Comte au XIXème siècle, qui va réfléchir sur la relation entre la science, le progrès et l’esprit humain. En gros, d’abord l’humain se pose des questions auxquelles la réponse la plus pratique a apporter est d’abord Dieu. Ensuite, il remet tout en question, il raisonne de manière abstraite sur ce qui l’entoure, et enfin, il atteint le top of the pop, il devient positif, c’est-à-dire qu’il apporte des réponses scientifiques à ses questionnement qui lui permettent de progresser et de fermer sa gueule. En gros, d’abord l’homme croit au surnaturel ou au miracle. Ensuite, il se demande pourquoi en envisageant tout ce qui est possible, et enfin, il se remet entièrement à la science pour tout expliquer et tout faire progresser.

Alors ya aussi toute une partie de cette doctrine que j’ai jamais trop compris, c’est comment on passe de la phase scientifique et positive à l’amour universel et à la générosité, mais je vous avoue que j’ai jamais vraiment eu envie de me taper de vrais bouquins à ce sujet, qui a quand même l’air un peu chiant.

La devise du positivisme, c’est donc « Ordre et progrès ». Oui, je sais, c’est aussi celle qui est sur le drapeau du brésil, parce qu’il me semble qu’il existe toujours des églises positivistes là-bas, en tout cas ç avait pas mal marché comme idée par là-bas à l’époque. Il n’en reste qu’une seule à Paris je crois.

Vous voyez bien que j'avais raison!

Tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui, j’ai eu la preuve irrémédiable que les miracles, c’est pour les autres, vous savez toutes ces histoires de « Oh, mais tu sais, je connais une fille, elle était tellement focalisée sur sa fiv à venir tu vois, qu’elle est tombée enceinte le cycle d’avant, tu rends compte? ». Et bah ça, ça marchera pas pour nous, il n’y aura pas de miracle chez les Faithful. Alors à partir de maitnenant, demain très probablement, si on a le feu vert de l’hôpital, on va commencer à s’en remettre complètement à la sciences et au progrès. J’ai jamais été très scientifique dans ma vie, c’est même un euphémisme de le dire comme ça, mais franchement, à cette heure c’est la chose en laquelle nous avons le plus foi et en laquelle nous sommes le plus disposés à croire.

Elle était pas super classe ma façon de vous dire que j’ai reçu mon cadeau mensuel de dame nature???? Un petit bonus rigolo pour ceux qui connaissent la pub française et qui gèrent l’anglais:

Rendez-vous sur Hellocoton !