Archives des articles tagués échographie

Quand on l’a vu au mois d’avril, le Dr Funky m’a donné ma liasse d’ordonnances. Y a une échographie il a visiblement hésité « oh, je sais pas si c’est vraiment utile on le fait des fois c’est pas obligé… » Et vu que c’était pas dans son vagin qu’on allait mettre un truc pour la milliardième de fois et peut-être pour rien, il a décidé de me filer l’ordonnance quand même. Et comme je veux vraiment un bébé et qu’apparemment j’ai besoin de lui, j’ai fermé ma gueule. Après tout, c’est un peu comme les meufs qui baisent leurs mec qui les dégoûte qu’une fois l’an pour faire des gosses non?

Alors cet après-midi, me voila dans l’hôpital le plus merdique de tout l’Essonne et peut-être même de toute la France, où après avoir perdu une heure à l’accueil pour récupérer des putain d’étiquettes de ma bite, et après avoir donné mon ordonnance à une dame qui avait l’air de vouloir se pendre plutôt que d’être là, un petit monsieur grassouillet vient me chercher et me demande de le suivre « dans la petite pièce au fond ». Hum.

– Vous venez pourquoi? qu’il me dit.

Ah. Bien bien.

– L’hôpital de Sèvres m’envoit faire une échographie pour lancer le démarrage de la fiv pour un deuxième enfant.

Là le monsieur est devenu un peu pâlot. Je pense que dans sa tête plein de trucs on dû se bousculer genre « oh putain l’infertilité, attends j’ai dû avoir un stage là dessus en 1993, on avait eu des goodies, oh lala attends faut que je retrouve mes fiches, en plus il parait que c’est dans la tête… »

– Ah vous voulez qu’on contrôle les follicules, ce genre de truc?

Ah. Bien bien.

– Non, j’ai pas commencé le traitement, je crois qu’il faut juste contrôler mon utérus, c’est le gynécologue de l’hôpital qui a demandé.

Le type avait toujours l’ordonnance à la main. Je sais pas si d’habitude il s’en sert pour se frotter le cul ou quoi, mais là il m’a demandé:

– Faut que je regarde quoi.

Ah. Moi qui croyait naïvement que c’était son métier de savoir.

– Bah je sais pas, que tout va bien, que l’ancien habitant a pas niqué les moulures,  qu’il y a pas d’anomalie j’imagine.

Là le type a soufflé un peu je pense, il a dû se rendre compte qu’il devait juste jeter un oeil dedans. Moi je me disais que ça avat l’air vachement utile de me faire déplacer et désapper pour cet examen hein, ça tombe bien, j’aime tellement montrer ma chatte aux inconnus, et là c’est remboursé par la sécu <3.

 

Il m’a fait allonger. Il essayait d’être sympa le pauvre, mais j’étais pas d’hyper bonne humeur.

– Hum. Alors vous avez déjà fait une échographie?

– Oui j’ai déjà un enfant par fiv comme je l’ai déjà dit en fait.

– Ah mais vous faites des fiv! Mais vous devez avoir l’habitude alors? Vous en avez déjà fait plein des échographies non? Vous savez comment ça marche et tout?

– Bah oui j’en ai fait environ un millier…

– Vous avez déjà un enfant alors?

– Oui, et on voudrait en avoir deux. Ou trois ou quatre remarquez…

– Ouais trois ou quatre c’est mieux à deux ils vont s’ennuyer.

– Oui on fera ce qu’on pourra si on en a deux on sera contents déjà.

C’était un peu hallucinant ce qu’il me racontait. On avait une conversation de la quatrième dimension:

– Vous êtes jeune quand même, qu’il a ajouté.

– Euh, merci…

– Nan mais je veux dire, normalement vous devez avoir un bébé quand vous voulez…

– Oui bah j’ai pas choisi hein.

– Nan mais regardez là c’est l’ovaire gauches. Y a plein de follicules. Ca veut dire y a plein de bébés qui attendent là [bisou Christine Boutin]

– Bah disons que pour l’instant c’est surtout nous qui les attendons en fait…

Je sens bien que le mec, il était gentil comme tout, mais il était à deux doigts de me dire que j’inventais tout. Alors j’aurais pu me fâcher, mais bon il essayait d’être sympa, et puis comme Milena, je me suis dit que ça devait être le mektoub. En fait ce mec était hyper rassurant sur ma fertilité, et son échographie et ses réflexions zarbi ont un peu regonflé mon égo un peu en berne à cause d’un taux d’AMH à 2,2 (oui mais vous voyez ils disent que le minimum attendu c’est 2, je me suis vu à deux doigts du don d’ovocyte en lisant ça) (seules les vraies comprendront cette parenthèse). Bref, avec ses réflexions à la con, ce mec était en train de me faire beaucoup de bien.

On a continué l’échographie un peu en silence. Il m’a montré l’endomètre. 

Pendant qu’il me montrait l’endomètre, j’ai quand même espéré que je serai la fille qui va faire une écho et à qui ont dit: OH MAIS REGARDEZ MADAME! UN BEBE! Il EST MAGNIFIQUE! VOUS NE FEREZ PAS DE FIV C’EST UN MIRACLE EST-CE QUE JE PEUX ETRE LE PARRAIN!. Au lieu de quoi il m’a juste dit : « Bon bah voila, vous savez ce que c’est hein je vous explique pas, c’est là que les bébés font leur nid bah voila il est normal votre endomètre » Et par normal hélas, il voulait bien dire aussi vide qu’une bopite de nuit de Souppe-sur-Loing un mardi soir.

Il a gardé le silence. On est passé à l’échographie Endo vaginale. Quel plaisir mes amis. Quel plaisir. Je le regardais mettre le petit préservatif (oui c’est très choupi) sur la sonde, la tarte aux poil à l’air, quand soudain son écran ne fonctionnait plus et il faisait que de se pencher sous la table de son écran en soufflant et en disant « oh bah zut enfin mais pourquoi ». J’ai vu le moment où j’allais rester les parties à l’air et lui avec son gode dans la main et qu’on se dirait bon bah puisqu’on est là on a qu’à faire semblant. On était à ça. Au lieu de quoi l’écran s’est rallumé et il a commencé à m’examiner en silence. Jusqu’à ce moment terrible où il a demandé:

– En fait, on fait comment une fiv? Genre on prend un spermatozoide et on le met dans le ventre?

Je. Euh. WHAT?

Je lui ai expliqué un peu évidemment, enseigner est mon destin vous le savez bien. Il m’a demandé si « D. au deuxième étage là, il le fait pas ça? C’est comment l’hôpital de Sèvres? Ca doit être tout petit non? Pourquoi vous allez pas à Clamart? Ils le font à Clamart hein? Nan mais c’est tout petit je pense l’hôpital de Sèvres ». 

Et puis quand ça a été terminé il m’a dit de repasser prendre les résultats le lendemain et que tout était parfait. Enfin voila. Je pense que c’était le boss de fin du niveau « bilan fertilité ». A bientôt pour le niveau « début du traitement imminent.

 

 

 

 

J’aime dormir tard le matin, je suis une fille de la night moi, que voulez-vous, c’est plus fort que moi.

Là, je me rends compte que je peux supporter plein de trucs: les piqûres, les écho, les hormones, les prélèvements vaginaux, les rendez-vous à répétition avec du personnel médical de tout bord. Mais me lever tous les matin spour prendre la voiture pendant une demi heure et aller poser mon cul à l’hôpital, c’est trop dur. Sérieux, c’est horribeul là.

Ce midi, la sage-femme m’a téléphoné pour me donner le résultat de la prise de sang: retour à l’hôpital demain matin pour prise de sang et échographie, et ponction mercredi ou jeudi. Ponction jeudi, ça veut dire que le jour où d’habitude je ne travaille pas, je vais devoir me lever à 06h30 encore. Bon, vous allez me dire, ils vont me rendormir là-bas. Mais se lever, c’est une torture pour moi, j’ai des bouffées d’angoisse en calculant rapidement combien de temps je vais devoir attendre avant de pouvoir rester au lit sans compter.

Là, je suis limite nervous breakdown.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lundi: lever 06h (travail)

Mardi: lever 06h (travail)

Mercredi: lever 06h (prise de sang)

Jeudi: Grasse matinée jusqu’à 10h (enfin, 09h parce que je suis encore à l’ancienne heure dans ma tête)

Vendredi: lever 06h 07h (trop à la bourre la meuf)  (prise de sang+échographie)

Samedi: lever 06h (travail)

dimanche: lever 06h (prise de sang+échographie)

Vous voyez pas quelque chose qui cloche là? Parce que moi, si cette putain de connasse de fiv de merde commence à me prendre ma grasse matinée du dimanche matin que je devais aller passer avec ma BFF pour voir l’expo Grès au musée Bourdelle, je vais commencer à me demander jusqu’à quel point je veux bien me sacrifier pour avoir des enfants! Parce qu’on me dirait de me lever pour changer un cul pourri qui va me recueillir à la retraite pour m’éviter la maison de retraite, ok, je veux bien me dévouer, mais là, je me lève pour aller me faire sucer le sang et me faire carrer un machin dans la caverne pour que la bonne femme me le tortille dans tous les sens pour voir mes ovaires, merci mais bon, le dimanche, j’aurais pu me faire carrer autre chose si je voulais me réveiller pour ça hein!

Bon, je suis sympa, je ne vous raconterai pas qu’en plus les médecins échographistes m’ont OUBLIEE cul nu dans le vestiaire pendant 20mn, jusqu’à ce que je tape à la porte comme une pauvresse. Bon, heureusement que j’ai partagé ce moment de gloire avec tout twitter, c’est ça la pudeur et la retenue que voulez-vous.

A part ça, heureusement, l’odyssée folliculaire suit son cours, ponction mardi ou mercredi, on se rapproche!

La prochaine fois, on se mettra tous cul nu, et on fera une ronde autour de l'hôpital

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et ouais, ce matin, prise de sang les copains! Et à partir d’aujourd’hui, l’hôpital devient le lieu que je fréquente le plus, the place-to-be. Merci d’ailleurs à celles qui ont répondu présent à mon appel deséspéré et qui était là ce matin sur twitter pour m’empêcher de déceder d’ennui dans la salle d’attente méga glauqe de l’hosto où je crois que ce matin, je suis devenue la garce qui gruge les gens (alors que je travaille même pas après), mais j’ai pas fait exprès, alors ça compte pas. Et puis la dernière fois c’était moi qui me faisais niquer.

Résultat: tout se passe bien sur le front de l’utérus, enfin, on imagine, puisque qu’on n’a pas fait d’échographie aujourd’hui. J’y retourne vendredi matin pour une nouvelle prise de sang et une écho cette fois-ci pour voir la taille de mes follicules (vous savez les ovocytes en devenir) et s »ils sont prêt à être pompés. Ensuite,  j’y retourne lundi pour regarder tout ça de nouveau.
Ca veut dire que ça se rapproche là les gens, faut prévoir ponction entre mercredi et vendredi prochain.

Pour faire un bilan provisoire de ce traitement, je l’ai pas vu passer, et franchement, je trouve ça tant mieux. L’expression qui définirait le mieux ce traitement est: à l’arrache. Je faisais mes piqûres à l’heure où ça tombait en essayant de garder grosso merdo une fourchette entre 18h45 et 23h (oui mais j’étais en train de regarder Shoa ce soir-là, et hypnotisée par la misère du monde, j’en ai oublié que je devais me piquer, voila).

Les piqûres m’ont fait chier à mort ce coup-ci, je sais pas pourquoi. Je les faisais sans réfléchir, et en même temps, j’appréhendais plus l’impact aiguille-gras du bide qu’avant, du coup, ça faisait mal, du coup, je me suis fait deux putain de bleus dé-gueu-lasses, alors que pour le premier traitement j’étais méga balaise en piqûre. Mais bon, tout va à vau-l’eau, y compris ma capacité à m’auto-injecter.
Si cette fois ça rate,  je pense que même si c’est long, on attendra jusqu’à septembre prochain pour retenter la fiv 3 (l’angoisse, quoi, la fiv de l’avant-dernière chance, ça pue du cul)

Sinon, j’ai failli oublier de téléphoner à l’hôpital cet après-midi, parce que j’étais en train de garder ma nièce (vous voyez les étoiles dans mes yeux quand j’écris son nom? Non? Bah vous ratez quelque chose) et que je sais pas si vous le saviez, mais les gamins de quinze mois quand on les regarde pas, ils trouvent toujours le moyen de:
– renverser de l’eau sur le tapis neuf et se mettre à plat ventre dedans
– vider la bibliothèque pour pouvoir se mettre debout dessus et jouer avec la poignée de la porte
Mais bon, croyez pas que ça m’a découragé d’avoir des gamins, il m’en faut plus que ça avec ce que je vois tous les jours.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand même! Mon vrai grand retour à l’hôpital de Sèvres! Celui où je me rendais en pleine nuit par de froids matins d’hiver un peu glauques au mois de janvier! Bah maintenant, il fait plus nuit, c’est bien la preuve que tout a changé.

Premier contrôle pour vérifier que mes ovaires sont bien bloqués et que je suis bien en ménopause artificielle (je kiffe cette expression, c’est un bonheur!) Le problème, c’est qu’hélas, il suffit pas de se pointer comme une fleur faire sa petite prise de sang et son écho pour repartir la bouche en coeur. Et nan. Je crois qu’on peut dire que ce matin, j’ai attendu.

J’ai attendu un quart d’heure que la secrétaire soit dans un état psychologique prêt à m’accueillir pour pouvoir vérifier que mes étiquettes de la fiv 1 étaient toujours valides.

En arrivant dans la salle, mon coeur s’arrête: devant moi, la salle pleine, avec une vingtaine de bonnes femmes qui attendait! Pour info, avant, je me plaignait quand il y avait quatre personnes devant moi. Là, j’ai cru qu’on y arriverait jamais. Au bout d’un moment, je savais plus ni avant qui ni après qui j’étais, forcément, ils font des économies sur les tickets de passage, donc on se démerdait. J’ai cru à un moment que la première qui grugeait allait se faire lyncher par les autres. Perso, je crois que j’ai été une putain de victime et qu’on m’ait trop passé devant pendant que j’évacuais mon ennui sur twitter. Trop trop trop naze.

Et en passant, c’était la même infirmière qui s’est occupé de moi. Et ce qui m’a fait rigoler, c’est qu’elle chantonnait exactement la même chanson que pour mon premier contrôle de blocage, « Stranger in the night ». Voilà, c’était la seconde de nostalgie.

J’ai attendu pour passer à l’échographie, mais pas longtemps. Ca, c’était du putain de travail à la chaîne où on est traité comme un numéro. Le bon côté, c’est que t’as pas peur de montrer ta chatte et de faire l’amour à l’appareil, al bonne femme en a strictement rien à carrer, l’important pour elle c’est de passer à al patiente suivante. Mais bon, j’aime autant que ça aille vite. Après, si tu te rhabilles pas assez vite, elle te dit au revoir pour te stresser un peu et elle appuie sur le bouton pour donner le signal à la suivante. Perso, je m’en fous, si une meuf était rentrée pendant que je me resappais, c’est elle qui serait tombée amoureuse de mon cul, moi si je m’habille c’est juste pour que chacun puisse garder l’esprit libre et serein sans se torturer d’amour pour moi.

mon ami l'appareil à échographie endovaginale

Enfin, j’ai attendu pour faire mon admission prévisionnel, pour dans dix jours, même s’il y a de grandes chances que je ne sois hospitalisée pour la ponction que dans une quinzaine plutôt. Et là je suis tombée sur une bonne femme sympa aussi, c’est au moins ça de pris. A un moment, on était cinq ou six fille à attendre pour notre admission pour la ponction, et nonchalamment passe devant nous, comme une provocation, une bonne femme avec son nouveau-né. Là, le temps s’est figé, sérieux, on était toutes en rang d’oignon, et on l’a fixée avec son gamin d’un oeil encore plus hagard que quand les bandes de mecs regarde passer les filles en mini-jupe à Châtelet. Ca devait être même un peu flippant pour elle tous ces yeux qui mataient son bébé comme si on allait le bouffer. Bon, perso, si j’avais l’occasion de le voler, je sais pas si j’aurais dit non.

Et là? Bah là j’attends le coup de fil de l’hosto pour savoir la suite des évènements, et puis bah je vous tiens au courant comme toujours!

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai un souvenir très clair de la première fois où j’ai regardé l’heure ce matin, c’était à 04h du matin en me disant que le réveil le lendemain allait être hardcore 06h ce matin, je me suis levée, j’ai pris mon réveil, et dans une crise de somnabulisme aussi étrange que mal venue, je l’ai éteint et je suis retournée me coucher. Grave erreur. Je me suis repassé ce moment dans ma tête en me réveillant en sursaut vers 08h, mais il était trop tard. Et ouais, 08h, c’est l’heure à laquelle j’étais supposée être en train de faire ma prise de sang à Sèvres. Qui parmi vous a déjà entendu parler de la n118 à 08h le matin?

Donc, réveil en galère, course dans la baraque pas de brossage de dent (et nan, je ne me consacre qu’à l’essentiel dans ces cas-là: des habits propre, mes lentilles, et du mascara) et hop dans la voiture. Et en m’asseyant au volant, je me suis rendu compte que j’étais é-cla-tée. Tellement fatiguée que j’ai eu du mal à sortir de ma place de parking sans que quelqu’un ne me rentre dedans. Que du bonheur!

Bon, je vous passe les détails, j’arrive, je passe à la prise de sang avec deux filles trop sympa, et ensuite, échographie. Ah. Devant moi, il y avait une femme qui s’est fait engueuler parce qu’il était 09h passé, et que les écho pour les fiv s’arrêtent à 09h normalement. Oups. Moi, j’aime pas me faire engueuler, je garde une peur enfantine d’avoir mal fait et de me faire crier dessus, mais là c’est un cas de force majeure. Donc, quand c’est mon tour, j’en mène pas large, je rentre, j’écarte les jambes (ouais, j’ai oublié d’être pudique moi) et l’echographiste me dit « Désolée pour le retard madame ». Ah ouais? La chance me souris à moi dites donc, j’ai pas osé leur dire que j’avais une heure de retard du coup vous pensez bien. Et comme j’avais pas pris le temps de faire mon petit pipi du matin, la dame et moi on a pu le voir à la télé. « Ah bah oui, avec cette attente, votre vessie est pleine, désolée, hein » J’ai un peu hésité à faire ma princesse et à gueuler qu’en effet c’était pas normal, mais finalement j’ai fermé ma gueule. Heureusement, ma vessie ne nous a pas empêché de voir que mon endomètre était « presque inexistant », très bien, très bien, je ne vois pas ce que ça signifie mais peu importe, et que j’avais 4 follicules à droite, et 3 à gauche. Ca non plus, je sais pas trop si c’est cool ou pas, mais vu que je suis timide et que j’ai pas de personnalité, j’ai pas osé poser la question. Tout ce qui m’a rassuré c’est qu’elle m’a dit que c’était bon, que mes ovaires étaient bien au repos. Je leur ai dit d’appeler ma soeur pour les résultats, parce que moi cet après-midi, après avoir essayé de perdre autant de temps que possible pour être en retard, fallait quand même que j’y retourne.

Résultat des courses: piqûres de decapeptyl seules jusqu’aumercredi soir, pour continuer ma ménopause artificielle, et à partir de jeudi on rajoute les piqûres de puregon pour booster les follicules, et ensuite mardi prochain, autre prise de sang.
J’ai trouvé un collègue jeune et donc dévoué et tout prêt à rendre service pour me dépanner, donc je devrais même pas galérer pour bouger mes heures!

et normalement d'ici une semaine, moi aussi j'aurai des gros smarties comme ça dans les ovaires

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Bon, j’ai de la chance vous me direz, c’est pas une énoooorme, galère, mais un truc chiant quoi. Mon premier rendez-vous me contrôler l’intérieur à l’hôpital, c’est le lundi 03 janvier à 08h. Et je reprends le lundi 03 janvier à 08h30. Naze quoi. Normalement je dois demander au moins huit jours à l’avance une autorisation d’absence et là, bah c’est juste mort, vu que mon lieu de travail est fermé et ne rouvre que… le 03 janvier. Ca veut dire que je vais leur foutre un grois plan dans les dents. Vous me direz, nul n’est indispensable, et ils vont probablement pas crever que je sois pas là (sérieux, vous imaginez, je reviens le lundi après-midi, et je vois tout le monde agonisant en me reprochant de ne pas être venue le matin, dans un univers apocalyptique? Ca foutrait l’ambiance ça au moins!).

Du coup, je ne sais pas ce que je vais leur dire. J’hésite entre l’honnêteté, genre demander une audition à ma supérieure hierarchique et aller dans son bureau, en pleurant pour l’apitoyer (j’aimerais bien pouvoir pleurer sur commande, mais je pleure presque uniquement quand il ne faut pas…) et en lui racontant que je suis une pauvre femme stérile. Mais j’ai peur que ce soit un peu mal vu, et qu’elle commence à me zapper de mon poste pour l’an prochain (parce qu’en fait ce n’est pas vraiment mon poste, vous suivez? J’y suis en attendant, mais on pourrait très bien me foutre ailleurs en toute légalité si besoin). Du coup, je pense que je vais lui sortir un truc bien flippant genre « Aaaah! Mais on m’a découvert un kyuste que je dois absolument faire contrôler ce matin, pour voir quand il sera judicieux de me le faire ponctionner! J’ai peut-être un cancer, aaaaahhhhh, je vais mourir ».

Parce que le truc, c’est que avec ma veine légendaire (si, en vrai j’ai de la chance, j’ai juste était un peu abandonnée par elle depuis deux ans, mais d’ordinaire j’en ai grave, ça va revenir vous en faites pas…) je travaille pas le jeudi et le vendredi, et vous croyez que les rendez-vous pourraient tomber à ce moment-là? Que nenni! Dans le cul Lulu! Tout quand je dois aller travailler et verser la sueur de mon front pour pouvoir enrichir mon bailleur! Du coup, lors de mon écho et de ma prise de sang de contrôle, lundi 03 janvier si vous avez tout bien lu Freud, je dois prévoir aussi une autre date de prise de sang de contrôle, toujours à 08h le matin, et c’est six jours plus tard. Six jours plus tard, ça nous donne le
ça nous donne le 09 janvier, un dimanche donc, faut imaginer que ça va encore être reporté au lundi 10, au yeah, encore une matinée de travaille à décaler ailleurs. Fait iéch à la fin, merde.

Sans compter que lors du premier rendez-vous, je dois prévoir ma date d’hospitalisation pour dix jours plus tard, pour la ponction, avec un arrêt de travail de deux jours à la clef. Dix jours plus tard, ça nous rapporte au 13, 14 et 15 janvier. Bon, la bonne nouvelle c’est que c’est une torture pour moi de travailler le samedi matin, et là je vais pas être obligée. La mauvaise, c’est que je vais devoir me faire excuser pour environ trois jours au taf en janvier. Ca me gave. Le plus simple, ce serait peut-être de dire la vérité…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous avez fait comment pour gérer l’amp et le travail à celle qui y sont passées ou qui y sont encore? Et les autres, vous diriez la vérité ou vous inventeriez un mensonge dans lequel vous allez mourir pour faire flipper et apitoyer voter direction?