Archives des articles tagués fiv

Quand on l’a vu au mois d’avril, le Dr Funky m’a donné ma liasse d’ordonnances. Y a une échographie il a visiblement hésité « oh, je sais pas si c’est vraiment utile on le fait des fois c’est pas obligé… » Et vu que c’était pas dans son vagin qu’on allait mettre un truc pour la milliardième de fois et peut-être pour rien, il a décidé de me filer l’ordonnance quand même. Et comme je veux vraiment un bébé et qu’apparemment j’ai besoin de lui, j’ai fermé ma gueule. Après tout, c’est un peu comme les meufs qui baisent leurs mec qui les dégoûte qu’une fois l’an pour faire des gosses non?

Alors cet après-midi, me voila dans l’hôpital le plus merdique de tout l’Essonne et peut-être même de toute la France, où après avoir perdu une heure à l’accueil pour récupérer des putain d’étiquettes de ma bite, et après avoir donné mon ordonnance à une dame qui avait l’air de vouloir se pendre plutôt que d’être là, un petit monsieur grassouillet vient me chercher et me demande de le suivre « dans la petite pièce au fond ». Hum.

– Vous venez pourquoi? qu’il me dit.

Ah. Bien bien.

– L’hôpital de Sèvres m’envoit faire une échographie pour lancer le démarrage de la fiv pour un deuxième enfant.

Là le monsieur est devenu un peu pâlot. Je pense que dans sa tête plein de trucs on dû se bousculer genre « oh putain l’infertilité, attends j’ai dû avoir un stage là dessus en 1993, on avait eu des goodies, oh lala attends faut que je retrouve mes fiches, en plus il parait que c’est dans la tête… »

– Ah vous voulez qu’on contrôle les follicules, ce genre de truc?

Ah. Bien bien.

– Non, j’ai pas commencé le traitement, je crois qu’il faut juste contrôler mon utérus, c’est le gynécologue de l’hôpital qui a demandé.

Le type avait toujours l’ordonnance à la main. Je sais pas si d’habitude il s’en sert pour se frotter le cul ou quoi, mais là il m’a demandé:

– Faut que je regarde quoi.

Ah. Moi qui croyait naïvement que c’était son métier de savoir.

– Bah je sais pas, que tout va bien, que l’ancien habitant a pas niqué les moulures,  qu’il y a pas d’anomalie j’imagine.

Là le type a soufflé un peu je pense, il a dû se rendre compte qu’il devait juste jeter un oeil dedans. Moi je me disais que ça avat l’air vachement utile de me faire déplacer et désapper pour cet examen hein, ça tombe bien, j’aime tellement montrer ma chatte aux inconnus, et là c’est remboursé par la sécu <3.

 

Il m’a fait allonger. Il essayait d’être sympa le pauvre, mais j’étais pas d’hyper bonne humeur.

– Hum. Alors vous avez déjà fait une échographie?

– Oui j’ai déjà un enfant par fiv comme je l’ai déjà dit en fait.

– Ah mais vous faites des fiv! Mais vous devez avoir l’habitude alors? Vous en avez déjà fait plein des échographies non? Vous savez comment ça marche et tout?

– Bah oui j’en ai fait environ un millier…

– Vous avez déjà un enfant alors?

– Oui, et on voudrait en avoir deux. Ou trois ou quatre remarquez…

– Ouais trois ou quatre c’est mieux à deux ils vont s’ennuyer.

– Oui on fera ce qu’on pourra si on en a deux on sera contents déjà.

C’était un peu hallucinant ce qu’il me racontait. On avait une conversation de la quatrième dimension:

– Vous êtes jeune quand même, qu’il a ajouté.

– Euh, merci…

– Nan mais je veux dire, normalement vous devez avoir un bébé quand vous voulez…

– Oui bah j’ai pas choisi hein.

– Nan mais regardez là c’est l’ovaire gauches. Y a plein de follicules. Ca veut dire y a plein de bébés qui attendent là [bisou Christine Boutin]

– Bah disons que pour l’instant c’est surtout nous qui les attendons en fait…

Je sens bien que le mec, il était gentil comme tout, mais il était à deux doigts de me dire que j’inventais tout. Alors j’aurais pu me fâcher, mais bon il essayait d’être sympa, et puis comme Milena, je me suis dit que ça devait être le mektoub. En fait ce mec était hyper rassurant sur ma fertilité, et son échographie et ses réflexions zarbi ont un peu regonflé mon égo un peu en berne à cause d’un taux d’AMH à 2,2 (oui mais vous voyez ils disent que le minimum attendu c’est 2, je me suis vu à deux doigts du don d’ovocyte en lisant ça) (seules les vraies comprendront cette parenthèse). Bref, avec ses réflexions à la con, ce mec était en train de me faire beaucoup de bien.

On a continué l’échographie un peu en silence. Il m’a montré l’endomètre. 

Pendant qu’il me montrait l’endomètre, j’ai quand même espéré que je serai la fille qui va faire une écho et à qui ont dit: OH MAIS REGARDEZ MADAME! UN BEBE! Il EST MAGNIFIQUE! VOUS NE FEREZ PAS DE FIV C’EST UN MIRACLE EST-CE QUE JE PEUX ETRE LE PARRAIN!. Au lieu de quoi il m’a juste dit : « Bon bah voila, vous savez ce que c’est hein je vous explique pas, c’est là que les bébés font leur nid bah voila il est normal votre endomètre » Et par normal hélas, il voulait bien dire aussi vide qu’une bopite de nuit de Souppe-sur-Loing un mardi soir.

Il a gardé le silence. On est passé à l’échographie Endo vaginale. Quel plaisir mes amis. Quel plaisir. Je le regardais mettre le petit préservatif (oui c’est très choupi) sur la sonde, la tarte aux poil à l’air, quand soudain son écran ne fonctionnait plus et il faisait que de se pencher sous la table de son écran en soufflant et en disant « oh bah zut enfin mais pourquoi ». J’ai vu le moment où j’allais rester les parties à l’air et lui avec son gode dans la main et qu’on se dirait bon bah puisqu’on est là on a qu’à faire semblant. On était à ça. Au lieu de quoi l’écran s’est rallumé et il a commencé à m’examiner en silence. Jusqu’à ce moment terrible où il a demandé:

– En fait, on fait comment une fiv? Genre on prend un spermatozoide et on le met dans le ventre?

Je. Euh. WHAT?

Je lui ai expliqué un peu évidemment, enseigner est mon destin vous le savez bien. Il m’a demandé si « D. au deuxième étage là, il le fait pas ça? C’est comment l’hôpital de Sèvres? Ca doit être tout petit non? Pourquoi vous allez pas à Clamart? Ils le font à Clamart hein? Nan mais c’est tout petit je pense l’hôpital de Sèvres ». 

Et puis quand ça a été terminé il m’a dit de repasser prendre les résultats le lendemain et que tout était parfait. Enfin voila. Je pense que c’était le boss de fin du niveau « bilan fertilité ». A bientôt pour le niveau « début du traitement imminent.

 

 

 

 

On devrait se faire un bingo de l’amp où on ferait des grilles avec des noms d’examens et quand on aurait tout complété on aurait gagné. Perso je pourrais cocher déjà « bilan hormonal » et « hystéroscopie » (l’hystéroscopie est un examen charmant et environ indolore qui consiste à mettre une caméra (pas toi-même petit cochon, quelqu’un du métier) (imagine à la femis tu fais caméraman option « vagin » ahahaha) dans ta chatte donc pour voir si tu es aussi belle du dedans que du dehors.)

Je me retrouve avec une ordonnance qui me propose une demi douzaine de cabinets. J’ai beau regarder sur le net et tout, je finis toujours par me retrouver à une heure et demi de chez moi dans un coin paumé de Paris entre deux pmu(on me souffle que ma dernière hystéroscopie avait eu lieu à l’hôpital de la Muette).

L’extérieur était moche. Voire flippant. L’intérieur, on aurait dit l’appart d’une blogueuse mode. Je vous jure, il y avait une cheminée, des murs roses, d’élégantes chaises en plastique transparent, j’aurais suivi avec un bonheur et une délectation sans pareil le compte pinterest de cette gynéco.
image

J’ai pas trop attendu, rapidement j’ai vu la gynécologue raccompagner à la porte UNE FEMME ENCEINTE en lui disant au revoir. Et puis ça a été mon tour. Elle m’a demandé si c’était moi où mon mari le souci. Voyons madame. C’est toujours mon mari le problème, quel que soit le sujet enfin. Et puis elle m’a fait passer dans une autre pièce « là en face ». C’était écrit « Entrée interdite en gros sur la porte, j’ai commencé à flipper.

Ca faisait hyper longtemps que je m’étais pas retrouvé le cul (et la tarte aux poils) à l’air devant un médecin. Limite j’étais gênée vous voyez. Je me suis allongée sur la table, la gynéco m’a gentiment expliqué ce qu’elle allait faire. J’avais les yeux rivés sur le moniteur et elle a à peine eu le temps de me dire « Ne regardez pas maintenant » mais c’était trop tard: j’ai vu mes deux fesses, une sorte d’instrument lubrique en métal (qu’on appelle un speculum) et plouf on était à l’intérieur de moi c’était la science fiction complètement folle.

La gynéco m’a fait visiter mon intérieur, on se serait cru à recherche appartement ou maison: « Là c’est les trompes vous voyez elles sont très belles, on circule facilement dedans, là c’est l’utérus, c’est tout beau, y a pas de traces l’ancien locataire a pas trop salopé le revêtement vous lui rendrez sa caution et voila pouf pouf on va sortir de là, restez allongée cinq minutes le temps que je tape le compte-rendu je reviens vous chercher ».

On se fait chier quand on est allongé seul dans une salle d’échographie vous savez. En cinq minutes j’ai eu le temps de psychoter sur les mille façons qu’elle avait de me voler le contenu de mon sac (laissé dans son bureau) puis de se barrer comme une vraie imposteuse comme on en voit dans les reportages de W9 (les charlatans qui arnaquent des patients sans défenses vous savez bien). Je suis con. Elle est revenue me chercher. Elle m’avait pas fait les poches. Pas encore.

C’est au moment où elle m’a dit « alors voila tout va bien bonne chance madame CA FERA 180€ » qu’elle me les as vraiment faites.

Mais pour 180 €, on peut voir une photo du dedans de ma chatte:
image

J’ai changé vous savez. J’ai arrêté de croire que le monde entier m’en voulait et que s’il me balançait des conneries c’était uniquement dans le but de me narguer (prochain billet philosophique à venir très probablement). Des fois les gens disent des trucs cons, c’est juste parce qu’ils savent pas. Juste des fois on te demande des trucs t’es emmerdé.

Genre quand les voisins qu’on connaissait depuis vingt minutes nous on demandé en rigolant (et en exhibant avec ostentation leurs trois magnifiques enfants) « A QUAND LE DEUXIEME ». Pardon je le prends pas mal hein, ils peuvent pas savoir, juste répondre quoi?

a) ça ne vous regarde pas (ce qui n’est pas très gentil, si on se demandait que des trucs qui nous regarde les uns les autres on se parlerait plus trop les uns les autres en fait si on y réfléchit)

b) hihihi, je ne sais pas, bientôt j’espère hihihi (mais c’est niais)

c) Jamais. (ce qui est un mensonge, mais des fois ça a du bon, ça t’expose juste quand t’annonces ta grossesse à « ah mais c’est un accident » que aussi tu pourrais prendre mal)

Le mari a choisit la réponse d). La réponse où je me suis liquéfiée à ses côtés avec un air gêné en me dandinant sur le canapé des voisins et en essayant de lui faire signe que ça finisse:

« En fait j’ai un problème de qualité du sperme, donc on doit faire des fiv pour avoir des enfants, aller à l’hôpital et tout. Ouais celui la on l’a eu par fiv par exemple, c’est long, des fois ça fonctionne pas, mais ça va hein HAHAHAHAHAHA » (Le mari était très détendu.

Pour en finir avec les questions gênantes, le mari a choisi la réponse gênante.

Après les voisins nous on gentiment dit qu’on aurait le deuxième naturellement parce que des fois c’était psychologique BAH JE L’AI BIEN PRIS VOUS VOYEZ.

 

 

Cher journal,

Aujourd’hui j’ai rappelé l’hôpital de Sèvres. Hihihihi. Ca fait longtemps que j’attendais ce moment. Mais quand même j’avais une boule dans le ventre, tu sais, comme en quatrième que j’ai demandé à ma meilleure copine Aurore d’aller demander à Fabien s’il voulait bien sortir avec moi et que l’après midi elle m’a dit d’un air contrit (ou con tout court à qu’il voulait pas. Alors qu’en fait elle lui a jamais posé la question. Maintenant Aurore a pris 20kg uniquement localisés dans son derrière et à 30 ans elle s’habille uniquement chez pimkie. Des fois la vie est bien faite.

Autrefois quand j’étais jeune et que je crevais d’envie d’avoir un bébé il fallait trois mois pour avoir un rendez-vous avec le Dr Funky. Donc avec le mari pour une fois dans notre vie, on avait TOUT prévu:
– prendre rendez-vous en mars pour pouvoir rencontrer le Dr et la liste des branlettes dans le pot et des prélèvements chattaux à faire en juin,
– Faire les dits branlettes et les dits prélèvements durant l’été,
– REvoir le Dr en septembre,
– Faire un bébé en septembre.
J’étais même à deux doigts de me préinscrire à la maternité et de me mettre sur la liste d’attente pour la crèche pour la rentrée de septembre 2016. Tout ça c’était tellement règlé, ça m’a rappelé la dernière fois, en octobre 2008, quand j’ai arrêté la pillule en me disant: en décembre mes cycles se sont régularisés tels des sans papiers roumains, je tombe enceinte pour noel, j’annonce pour le jour de l’an et en septembre j’aurais un beau bébé. AHAHAHAHAHAHAH. Ca aurait dû me mettre la puce à l’oreille.

La secrétaire m’a demandé: « Vous avez déjà rencontré le Dr Funky? » J’ai failli lui répondre « Mais enfin madame cet homme m’a fait un bébé » mais j’étais pas sûre qu’elle apprécie mon humour détonnant. Je me suis donc contenté de dire oui. 3on n’a pas de rendez-vous avant, oh lalala,… mi avril ». J’ai dit oui oui très bien avec un sourire (parce que dans envoyé spécial lors d’un reportage sur les call centers j’ai appris que ton sourire s’entend au téléphone. Et ouais. J’ai pensé GLOUPS. Mi avril donc. Tu sais cher journal, je n’annulerais pour rien au monde. MAIS. Mais je ne sais guère. Est-ce que notre si précaire équilibre à trois comme ils disent dans Psychologie magazine c’est une bonne idée de le remettre en question? Est-ce que je suis vraiment prête? Est-ce que quand on n’a plus jamais pris la pilule et qu’on surveille sa date d’ovulation en se disant même telle une doctissimette d’argent « j’espère qu’on a fait les TP au bon moment hihihi » on n’a pas déjà répondu à toutes ces questions? Toutes ces histoires d’attente, elles m’ont pas habitué à ce que les choses aillent plus vite que ce que je pensais, c’est normal que ça m’angoisse un poil.

Cher journal, tu crois qu’elle est vraie la légende qui dit que quand tu prends rendez-vous avec ton centre pma, si lla glaire d’une jeune vierge a arrosé un vieil érable centenaire et que la lune et pleine tu tombes enceinte naturellement? En attendant, je vais plutôt continuer de compter sur la fée condation in vitro.

Pendant longtemps dans ma tête il y avait régulièrement toutes les dates des enfants que je n’avais pas eus qui revenaient et qui marquaient l’année, celui que j’aurais pu avoir si j’étais tombée enceinte quand j’ai arrêté la pilule, celui que j’aurais pu avoir si je n’avais pas fait une grossesse biochimique, celui que j’aurais pu avoir si ma première fiv avait fonctionné.

 

Ce blog qui se trouve rangé sous l’url « Un jour mon bébé viendra » depuis qu’il existe quasiment, je me rends compte maintenant seulement à quel point c’est faux. Il n’est pas venu, il m’attendait juste quelque part et c’est moi qui suis allée jusqu’à lui.

Maintenant, les seule dates qui continuent de jalonner l’année, ce sont celles qui marque encore des étapes du chemin qui m’a mené vers celui que j’ai toujours attendu. Arrêter la pilule, essayer et attendre, c’était probablement écrit, et je suis contente maintenant de penser aux dates de premières piqûres, de ponctions, de transferts qui m’ont donné l’immense chance d’être en la possession de la plus grande terreur des bacs à sable de tout le Sud parisien d’un enfant beau comme le jour et surdoué (en toute objectivité évidemment).

Il m’est difficile d’oublier que le 24 décembre 2010, je recevais la première piqûre de traitement de stimulation de ma vie. Traitement qui n’a pas abouti, pas cette fois-là, mais puis-je en vouloir à la vie puisque c’était une étape nécessaire pour que j’ai mon bébé, ce lui-ci, et pas un autre? 

 

Joyeux Noël les gens.

L’hôpital de Sèvres m’a donné ce que je n’ai pas pu faire toute seule: quatre un test de grossesse positif.

La conception de ce bébé a été encadrée, surveillée, dirigée, et puis je ne m’en plains pas finalement, pour moi c’est le résultat qui compte.

Seulement voila, à l’hôpital de Sèvres, quand on va à la réunion d’information sur la fiv, le Dr GrandGourou vous dit de sa voix envoûtante: « Les bébés fiv sont des bébés normaux, mais les grossesses fiv ne sont pas des grossesses comme les autres, c’est pour ça qu’il est conseillé de se faire suivre à Sèvres. »

C’est pas vrai. Je m’inquiète sûrement plus que si j’avais fait mon bébé au c1, mais je ne risque pas plus que si c’était le cas. Si le risque de fausse-couche est plus élevé en amp, c’est en grande partie parce que les femmes qui suivent ces protocoles sont globalement plus âgées que la moyenne des femmes enceintes, et c’est tout.

Quand je suis allée à l’échographie la dernière fois, j’ai pas trouvé ça très correct qu’on me consacre que deux minutes en fait. Enfin moi je m’en fous à la limite, je voulais juste être rassurée. Mais pour mon mari par exemple, qui ne rencontre le bébé décongelé qu’à cette occasion. Ca ne se fait pas, c’est pas comme ça qu’on traite un patient.

Donc, ça m’a conforté dans une décision que j’étais en train de prendre: je veux pas être suivie à Sèvres. Si j’ai un quelconque problème, c’est à leiurs urgences que j’irai, parce que je suis sûre qu’ils sauront m’écouter et parce que j’y ai mes entrées, mais je ne veux pas d’une grossesse surmédicalisée et donc surinquiétée à casue de tout ça.

Evidemment, c’est mon point de vue, à moi, qui suis unique ou qui en tout cas me plait à le croire, donc c’est normal que tout le monde ne le partage pas. Mais voila, appelez ça de l’ingratitude, moi j’appelle ça être une femme libre et responsable. J’ai pris rendez-vous pour faire ma deuxième échographie dans un autre établissement, je vais me faire suivre par une sage-femme près de chez moi et pas par le Dr Funky, et puis à la fin j’irai me dégrosser dans une ville voisine dont j’ai entendu beaucoup de bien du suivi en maternité.

Ayé vous en avez marre de ces putains de billets de pregnant bitch? Des fois je m’auto-soule je dois avouer.

Donc ce midi, j’ai decidé que j’allais faire mon test de grossesse et je suis allée à la pharmacie. Je voulais prendre un clearblue digital aka « pas enceinte dans ta gueule dans 99% des cas » et un avec la barre (ouais, celui qu’on démonte pour vérifier à la lumière s’il y a pas une micro-barre. Du coup j’ai pris deux clearblue, parce qu’en plus je suis une putain de vendue:

Faithfullyyours: Bonjour madame, les cleaprout digicon, vous les faites que par deux?

La pharmacienne: Non madame, attendez je vais vous en chercher. Donc vous prenez ces deux-là?

Faithullyyours: Oui.

La pharmacienne: Ah mais attendez, vous préférez pas prendre les deux clearprout digicon? Ils reviennent  moins cher en fait!

Faithfullyyours:

La Pharmacienne:

Faithfullyyours: En fait je vais devoir vous expliquer un truc qui est logique que dans ma tête.

La pharmacienne: Oui bien sûr allez-y (la pharmacienne a apparemment l’habitude de voir des gens bizarres).

Faithfullyyours: En fait je voudrais voir si la barre du test apparait vite ou pas.

La pharmacienne: La barre qui dit si c’est positif? Mais ça veut dire quoi si elle apparait plus vite (la pharmacienne a l’habitude des gens chelou, mais elle commence quand même à trouver ça marrant).

Faithfullyyours: Bah ça veut dire que c’est mieux…

La pharmacienne: Ah Bon. Mieux que quand elle apparait pas vite c’est ça? Très bien alors. Et le deuxième test, c’est pour vérifier le premier?

Faithfullyyours: Oui, et c’est aussi pour vérifier les deux tests que j’ai déjà faits samedi matin et hier soir. Mais la barre est pas apparue très vite alors je voudrais être sûre qu’ils sont vraiment positifs.

La pharmacienne: Pas de problème, ça fera [un chiffre exorbitant] €. Et puis bah bon après-midi alors.

La pharmacienne va avoir des trucs à raconter à ses collègues au moins. Et pour moi c’est positif. Quatre fois. Sans compter le dosage de beta à 337. Putain.

 

J’ai l’impression de marcher dans le désert depuis trois ans et qu’on me tend enfin une chaise pour m’asseoir un peu.

Aujourd’hui, le 18 octobre 2011, ça fait jour pour jour cinq ans que monsieur Faithful m’a roulé notre première gamelle. C’est une bonne date.

Petit Jésus, je crois que je connais quelqu’un au ciel qui t’a un peu botté le fion pour que t’arrête de nous les briser. Tu seras gentil d’aller faire chier quelqu’un d’autre maintenant et de nous foutre la paix.

Et comme je sais que dans l’amp les échecs sont moins difficiles encore à gérer que le bonheur qu’on se prend dans la gueule, j’ai une pensée pour les filles bien plus courageuses que moi, sur les blogs ou non, qui me lisent et qui continuent d’avancer en attendant qu’on leur tende une chaise pour se reposer. C’est un chemin difficile, et pour lequel le mérite ne change rien, il ne faut que de la chance, et aujourd’hui, j’en ai beaucoup.

 

Pourcentage de chance de se faire éclater la chatte dans neuf mois: 80% environ.

Ouais, je sais, aujourd’hui j’aurais dû inviter quelqu’un, c’était prévu mais on était trop fatiguées l’invitée et moi pour gérer ça hier, donc on remet ça à lundi prochain. Mais ça va être cool vous verrez.

Du coup aujourd’hui vous allez vous contenter de moi.

Samedi, j’étais invitée avec d’autres copines blogueuses et twitteuses et les maris de celles qui voulaient bien affronter la horde déchaînées de milf (ou pas) qui étaient conviées. Du coup j’en ai profité pour me mettre à l’aise.

Avec le mari de Greenwitch, on est allés tous les deux s’enfermer dans les toilettes du restaurant Les 400 coups. Pour info, aux 400 coups, quand les serveurs vous voient rentrer dans des toilettes avec un mec, ça les choque pas plus que ça, personne n’a même hissé un sourcil. Ouais au 400 coups apparemment on peut même faire ses enfants.

Et si les serveurs avaient écouté à la porte, ils auraient même pu entendre:

– Attends, te déshabille pas tout de suite, tu vas prendre froid le temps que ça monte!

Bon, ok. Donc voilà, le mari de Greenwitch qui est médecin, a eu la gentillesse de me faire ma deuxième piqûre intra-musculaire  de progestérone, le produit qui est super épais et qui met grave du temps à monter dans la seringue.

Bon, sinon cool les gens pour demain? Moi ça va jusqu’ici.

Y a des bouquins que j’assume pas complètement d’acheter. Genre celui-là. Genre qu’à la fnac je faisais trop pas ma fière, et je l’ai pas promené des heures dans le magasin, et même qu’à la caisse je l’ai un peu caché. Ouais et sinon j’assume pas de pas assumer aussi, je suis bien comme fille. Mais sérieux, j’ai l’impression que tout le monde a les yeux braqués sur moi et pense « oh, la pauvre, elle est stérile, elle fait des fiv ». Du coup voilà, c’est pour leur bien aussi, je veux pas éveiller leur tristesse.

Mais quand même, j’ai acheté Un Enfant… enfin, je vais enfin pouvoir faire un VRAI vendredi intello avec un vrai livre.

Ce bouquin, il a été écrit par Le Pr René Frydman. Oauis tu peux l’appeler Dieu si tu veux. C’est lui qui a permis la naissance du premier bébé éprouvette à l’hôpital Béclère, à Clamart, où il travaille toujours.

Bon, je sais pas s’il a vraiment écrit beaucoup de mots là-dedans, parce qu’ils s’y sont foutu à trois pour le faire leur foutu bouquin, il y a aussi le Pr Nelly Frydman, et le Dr Muriel Flis-Trêves qui est psychiatre et psychanalyste.  Alors déjà, ce que j’ai bien aimé, c’est que le bouquin fonctionne par fiches qui sont réparties en trois parties:

– Du désir d’enfant à l’AMP

– L’Assistance Médiale à la procréation

– Questions autour de l’Assistance Médicale à la Procréation

Du coup, comme c’est des fiches, t’es pas obligé de te cogner la lecture de tout ce en quoi consiste les examens pour déterminer l’origine de ta stérilité si tu les as déjà fait par exemple. Et puis tu peux aller direct à ce qui t »intéresse. Par exemple, moi j’ai décidé d’aller direct à la fiche « la congélation des embryons ». Bon, évidemment, je me suis dit que j’allais le regretter, et je l’ai regretté quand j’ai lu que les chances d’implantations d’un embryon congelé sont d’environ 8% (mais je m’en fous, à Sèvres ils vont bientôt passer à la vitrification des embryons, ouais j’ai demandé hier). Le livre m’a aussi permis derépondre à la question qu’on se posait avec Mme Déjantée: Mais comment qu’on décongèle les bébés congelés??? Alors voilà la réponse:

La décongélation suit un procédé simple: les embryons sont placés à température ambiante durant quelques secondes, puis à 37° dans un bain-marie. La survie embryonnaire est appréciée par le nombre de cellules restées intactes dans l’embryon divisé par le nombre de cellule comptabilisé avant la congélation [oui, je n’ai rien compris à ces derniers mots, le mot « division », c’est un peu ma cryptonite, mettez-le moi dans un phrase et j’arrête de comprendre]. Lorsque 50% des cellules sont intactes, on considère que la décongélation s’est produite avec succès.

Perso, je me dis toujours que je connais tout sur tout en AMP, et que j’ai plus rien à apprendre. Ouais je suis prétentieuse, c’est ça en fait. Mais ce livre détaille tellement chaque étape de chaque technique, que franchement, c’est difficile de ne pas apprendre de nouvelles choses.

Il met aussi un point d’honneur à apporter un éclairage psychologique dont vous allez pouvoir apprécier toute la valeur:

De nombreuses femmes se considèrent « enceintes » dès le transfert d’embryons. Elles envisagent ce moment comme celui où, enfin, elles se sentent « mères ». Cette impression rend la période d’attente très inconfortable psychiquement. Doit-elle pour encourager la survenue d’une grossesse rester dans la perspective qu’elle sera bientôt « mère » ou au contraire repousser l’idée que cela puisse arriver afin de ne pas être déçue en cas d’échec?

J’ai envie de dire merci. Merci d’utiliser des guillemets à tort et à travers sans qu’on sache pourquoi. Merci de reposer des questions que je me pose déjà. J’envisage d’écrire un livre de psychologie pour dire: « Avoir le nez bouché ça empêche de dormir » ou « Avoir mal à la tête, c’est quand même gênant ».

Bon, ceci mis à part, c’est la première fois que je suis emballée par un livre sur l’AMP. La dernière partie qui pose des questions aborde vraiment des sujets très variés, de la reflexion sur le don (de gamètes, de sperme, d’ovocyte, d’embryons…) à la maternité qu’elle se réalise ou pas à l’issu des tentatives, en passant par l’accord entre ces techniques et la foi (pour ceux qui l’ont, moi j’ai pas lu cette page bien entendu, ahahaha).

Le petit plus du geek:

Dans le livre, vous avez aussi des petits codes à flasher avec votre téléphone qui vous renvoie vers des video ou je en sais quoi. Bon, moi j’ai plus de téléphone, je suis pas morte de pas avoir vu ces trucs, mais ça peut-être sympa.

 

Pour résumer, je dirais que si vous voulez un livre qui vous détaille bien toutes les étapes, qui vous refasse un rapide historique des techniques, et qui réponde aux questions qu’on se pose comme « sur quels critères les embryons sont-ils séléctionnés » ou « qu’est-ce que la culture inra-vaginale » (ouais, j’ai découvert ce truc, ça m’a un peu fait rêver je dois avouer, mais ça se pratique pas à mon hôpital je crois)

Ceci est ma participation aux vendredis intellos de Mme Déjantée

 

Le labo nous avait dit qu’ils nous appelleraient dans la matinée s’il y avait un problème avec la décongélation des embryons. Et ce matin, vers 10h, le téléphone sonne, et s’arrête avant que le mari ait pu courir jusqu’à lui. On se regarde, je lui dis vas-y, rappelle le labo, et je l’entends:

– Oui bonjour, on vient de recevoir un appel, on voulait savoir s’il venait du laboratoire… Oui… Oui… Non mais on est un peu fébriles vous comprenez… Oui… Très bien j’attends… Hum… Hum… Merci, au revoir.

Autant vous dire que j’ai flippé. Et là le mari m’a dit que la décongélation s’était bien passée. Cool.

Tout va bien, j’ai récupéré deux embryons à quatre cellules et maintenant j’attends jusqu’au mardi 18 pour avoir le résultat. Je suis cool.

Mme Déjantée a dit une fois dans un billet que quand on a une intervention médicale sur une partie du corps, c’était comme si dans le cerveau une case se créait qui nous permettait de ressentir tout ce qui se passait dans cette partie encore plus précisément, et c’est ce qui m’arrive avec mon utérus. C’est ce qui m’a mené la dernière fois à être tellement stressée et concentrée sur mon utérus que je pouvais le sentir se crisper et se contracter. J’avais l’impression de respirer, ou plutôt de ne pas respirer avec mon utérus. Pour ce TEC, j’ai décidé d’effacer la case utérus, de me concentrer sur autre chose, et de me remettre à respirer par le ventre.

C’est tellement puissant ce que je vous dis, je pourrais devenir coach en fertilité. Ca fera 150€ merci.