Archives des articles tagués hôpital de sèvres

Le Docteur nous a d’abord dit  » Bon, vous êtes pas venus depuis 2011. Pourquoi? » J’ai pris un sourire niais, j’avais honte mais je savais pas quoi faire d’autre et j’ai répondu « Parce qu’on a eu un bébé, hihihi ». Je me sentais un peu coupable d’avoir plaqué l’hôpital de Sèvres au moment où les choses prenaient un tour heureux, mais vraiment c’était pas possible le suivi là bas pour une grossesse. « Il est né où? A quelle date? Il pesait combien? Par voie basse? » qu’il nous a demandé aussi. La vie de ma mère j’étais à deux doigts de lui montrer toutes les photos du gosse que j’avais dans mon téléphone (stockage en ligne compris).

Il a pris un gros dossier avec notre nom dessus, tout déchiré, avec des ratures et tout. Ca faisait sérieux. Il l’a ouvert, et puis il s’est mis à nous résumer en même temps qu’il lisait: « Alors vous avez fait une fausse-couche, puis vous êtes venus nous voir, vous étiez jeunes, c’est bien, et puis on a fait une fiv, ah ça a pas marché, alors vous en avez fait une deuxième, et puis tiens ah non c’était toujours pas celle-la? » Il souriait en me regardant des fois et on aurait dit qu’il jouait à un jeu. Moi je trouvais ça dingue, j’avais l’impression que ce dossier tout pourri là, c’était le livre de notre famille, et qu’il était en train de le lire comme si c’était un truc vraiment très chouette, et la façon dont ça se passait, ça l’était chouette. Des fois je voyais des ordonnances, des traces de rendez-vous qu’on avait eu, avec le généticien, avec le biologiste, et je tous ces trucs que j’avais oublié remontaient: je me souvenais très clairement de cette époque folle où il y avait pas des petites voitures jusque dans mon lit, où on n’attendait pas le soir avec impatience pour faire nos trucs à nous, où on faisait pas grand chose ‘ailleurs tellement c’était vide dans nos vies. Et puis l’angoisse quoi, l’incertitude, de pas savoir, le chromosome Y c’est grave? Pourquoi ça a pas marché cette première fiv alors qu’on était des bons candidats? Ca marchera un jour? Et si ça marchait jamais? C’était comme un téléfilm très cul cul mais émouvant quand même, sauf qu’on l’avait vraiment vécue cette histoire.

Il nous a donné nos nouvelles ordonnances, une chiée pour moi, une seule pour le mari, qui était un peu gêné du coup que ce soit lui qui soit écrit en gros sur les feuilles de prise en charge, et moi qui me cogne toutes ces merdesà aller courir Paris pour me faire regarder l’intérieur par des spécialistes éminents. Vous me direz c’est pas tous les jours que je me fais visiter l’intérieur par des éminences (note pour moi-même: penser à profiter).

« Bon là l’idéal, ce serait qu’on se revoit en juin, et puis on démarre le traitement à la rentrée ». J’étais un peu déçue, j’aurais voulu commencer tôt finalement, mais c’est bien qu’on m’oblige à prendre mon temps. C’est bien de se laisser porter aussi, et de pouvoir en profiter, parce qu’on sera plus jamais ce pauvre couple qui s’est pointé là en 2010 en ayant peur de jamais savoir ce que c’était d’avoir un enfant.

On est allés au restau avec le mari en sortant. Le mari a dit « C’était bien ce matin, l’hôpital ». Je sais pas s’il le pensait de la même façon que moi, mais j’ai trouvé qu’il avait raison. C’était bien ce matin l’hôpital.
IMG_20140417_192332

Aujourd’hui, j’ai une putain de classe, enfin, encore plus que d’habitude je veux dire. Ce matin monsieur Faithful et moi on est allés voir un docteur que la plupart d’entre vous ne verront jamais (en même temps, vous êtes sûrement très contents de jamais avoir à aller le voir), le genre de personne qu’on voit que dans les films ou alors dans les reportages très intelligents à la télé (que du coup on regarde pas, puisque je ne regarde que des trucs drôles, ou avec des super-héros, limites étendus depuis la semaine dernière uniquement aux films de zombies). Aujourd’hui, monsieur Faithful et moi, on avait rendez-vous avec une généticienne.

Je sais même pas si on peut dire que la généticienne est un médecin: elle explique des trucs sur des questions qu’on n’aurait jamais eu l’idée de se poser, mais je sais pas si elle peut soigner quoi que ce soit: elle a fait bien trop d’études et est bien trop respectable pour s’abaisser à ce genre de chose. Enfin c’est ce que je penserais si j’étais généticienne en tout cas.

Vous vous souvenez qu’on nous avait dit que monsieur Faithful avait un bout du chromosome Y enroulé. Et bah en fait que dalle: monsieur Faithful a le chromosome Y inversé. Alors quoi que c’est que l’inversion du chromosome Y que vous allez me dire? Bah la généticienne qui se déplace d’hôpital en hôpital pour prêcher la scientifique bonne parole, et qui était présentement dans notre magnifique, en travaux et bruyant hôpital de Sèvres a essayé de nous l’expliquer.

Alors d’abord, elle nous a fait un schéma du chromosome Y, que j’aurais dû vous ramener, parce que forcément, j’ai pas tout compris, et je me souviens pas de tout parfaitement. Elle nous a expliqué les principales informations que contenait ce chromosome et dans quelle branche on devait les trouver. Sauf que chez mon mari à moi, les branches sont inversées: ce qui devrait être à droite est à gauche, et inversement. Enfin il me semble bien que c’est ce qu’elle a dit. Bilan des courses: cette « particularité », puisque pour elle (et donc pour nous puisque je révère et idolâtre désormais cette personne avec à peine moins d’ardeur que je révère et idolâtre le Dr K.) ce n’est pas une anomalie, a 90% de chance de se transmettre depuis des générations dans la famille du mari, de père en fils bien entendu (chromosome Y, c’est que pour les monsieurs ok? Nous les filles on n’aime moins la variété, on n’a que des X. Ceux qui ont eu besoin que je refasse cette précision devaient être nuls en sciences nat, je ne vous félicite pas, ce n’est pas parce que cette matière à l’air inutile, inintéressante et ennuyeuse qu’il ne fallait pas écouter. La preuve.) sans qu’aucun effet n’en soit résulté jusqu’alors. Elle peut parfois être la raison d’une légère oligospermie (= faible quantité de spermatozoides) et comme chez monsieur Faithful ce facteur s’ajoute en plus à un autre, c’est normal que ses nageurs soient complètement un peu en galère. Mais elle ne porte à aucune autre conséquence et n’empêche en aucune façon la bonne marche de l’amp, et nous pourrions malgré ça avoir un bébé en excellente santé, si nous devions en avoir un. Et ouais.

Ce machin arrive à 1/1000 personnes. Je vous avais dit qu’on était toujours du mauvais côté de la statistique, mais voyons aussi les choses du bon côté: j’ai la chance de vivre avec un homme qui est d’une espèce rare, presque unique.

Finalement, la généticienne a dit qu’elle allait donner au Docteur Funky un arbre généalogique de nous et une lettre pour dire que tout est ok. L’arbre généalogique était drôle, parce que quand on vit en région parisienne, en général, on a une famille qui vient des quatre coins du monde. « Mais c’est juste pour vérifier que vous êtes bien d’origines différentes, que vous ne venez pas du même village par exemple. » qu’elle nous a précisé. On vient déjà à peine du même continent, du coup notre couple lui a beaucoup plu et lui a peut-être même donné une sorte d’orgasme génétique. Et j’ai eu quand même une pensée émue pour des cousines à moi qui aurait été obligées de répondre d’un air gêné « Bah, euh, en fait, euh, mon père, bah, c’est le cousin germain de ma mère… » Et ouais, on a la classe, ou on l’a pas du tout.

Rendez-vous sur Hellocoton !