Archives des articles tagués traitement

Pendant longtemps dans ma tête il y avait régulièrement toutes les dates des enfants que je n’avais pas eus qui revenaient et qui marquaient l’année, celui que j’aurais pu avoir si j’étais tombée enceinte quand j’ai arrêté la pilule, celui que j’aurais pu avoir si je n’avais pas fait une grossesse biochimique, celui que j’aurais pu avoir si ma première fiv avait fonctionné.

 

Ce blog qui se trouve rangé sous l’url « Un jour mon bébé viendra » depuis qu’il existe quasiment, je me rends compte maintenant seulement à quel point c’est faux. Il n’est pas venu, il m’attendait juste quelque part et c’est moi qui suis allée jusqu’à lui.

Maintenant, les seule dates qui continuent de jalonner l’année, ce sont celles qui marque encore des étapes du chemin qui m’a mené vers celui que j’ai toujours attendu. Arrêter la pilule, essayer et attendre, c’était probablement écrit, et je suis contente maintenant de penser aux dates de premières piqûres, de ponctions, de transferts qui m’ont donné l’immense chance d’être en la possession de la plus grande terreur des bacs à sable de tout le Sud parisien d’un enfant beau comme le jour et surdoué (en toute objectivité évidemment).

Il m’est difficile d’oublier que le 24 décembre 2010, je recevais la première piqûre de traitement de stimulation de ma vie. Traitement qui n’a pas abouti, pas cette fois-là, mais puis-je en vouloir à la vie puisque c’était une étape nécessaire pour que j’ai mon bébé, ce lui-ci, et pas un autre? 

 

Joyeux Noël les gens.

Je souffle depuis hier, parce que j’ai ENFIN reçu les résultats de mon prélèvement vaginal, et que tout est ok. TOUT EST OK! L’hôpital est même parvenu à venir à bout de mon streptocoque B, dont ‘étais porteuse saine depuis deux ans, à grands coups d’antibiotiques à prendre par voie chattale tous les soirs lors de mon premier traitement FIV.

C’était ma première gyneco qui l’avait trouvé celui-là.

Mon ancienne gyneco, elle avait demandé que je vienne la voir trois mois avant le début des essais bébés. Elle m’a prescrit de l’acide folique, et une batterie d’examens.

Mon ancienne gyneco m’a fait remarqué que je n’étais pas vaccinée contre la coqueluche et m’a conseillé de le faire avant de commencer à essayer. Sauf que j’en avais rien à foutre (nan mais sérieux, toutes les filles qui ont des enfants ici on refait tous leurs vaccins avant?). Trois mois plus tard elle m’a regardé comme une irresponsable à cause de ça.

Mon ancienne gyneco, je lui ai dit que j’avais des cycles longs. Elle m’a collé sous utrogestan au lieu de laisser la nature faire sans vérifier si j’ovulais ou pas): premier cycle sous utro: 28 jours, deuxième cycle: 26 jours, troisième cycle: 22 jours. « Ah, bah vous allez arrêter l’utrogestant alors… » Ouais, et plus cite que ça même!

Mon ancienne gyneco,  quand au bout de cinq mois je n’étais toujours pas enceinte, elle m’a dit que ce n’était pas normal et elle m’a demandé de faire un bilan hormonal. C’est à ce moment là que j’ai décidé de changer.

Mon ancienne gyneco, elle me faisait un frottis chaque fois que j’allais la voir. Donc tous les trois mois pour mon renouvellement de pilule, ou d’acide folique. Donc forcément, à force de chercher, elle trouvait. Elle a trouvé le streptocoque B. Elle a essayé de le soigner en me disant que ça pouvait être dangereux, et puis finalement elle m’a dit qu’on ne pouvait pas le faire partir parce que j’étais porteuse saine, que du coup c’était pas grave.

Mon ancienne gyneco, sérieux, je lui pisse à la raie. Je déteste qu’on surmédicalise tout, alors là j’étais gâtée.  Alors je sais bien que je ne suis pas médecin mais je crois que ces dernières années, j’en ai fréquenté assez pour pouvoir vous faire part de mon expérience:

* La Visite préconceptionnelle:

– Ca peut -être sympathoche de faire une visite pré-conceptionnelle, faire un bilan toxo-rubéole-connerie. C’est à vous de voir, mais c’est pas une obligation a priori. Vous pourrez toujours le faire quand vous serez enceinte, mais c’est vrai qu’avant vous êtes peut-être plus tranquille.

– L’acide folique doit être pris au moins 4 semaines avant la conception, c’est même écrit dans la boîte. Ca sert à la bonne formation du tube  neural ou je ne sais quoi. Alors d’une, les gynecos qui prescrivent ça quand on est enceinte de trois semaines, ça me fait doucement rigoler, parce techniquement, c’est trop tard. De deux, tous les gyneco n’en prescrivent pas, partant du principe que s’il n’y a pas d’antécédents de malformations dans votre famille, faut quand même faire confiance à la nature bordel de merde! Moi j’aurais tendance à penser comme eux, mais là, avec la fiv, la nature on essaye juste un peu de la lui coller à l’envers, du coup je me suis remise à prendre mon acide folique bien sagement. De trois, on trouve de l’acide folique dans le chou et les épinards, si à l’inverse de moi vous ne vous nourrissez pas que de pitchs et de pancakes au nutella, il y a des chances que vos besoins journaliers soient couverts alors bon, faudrait arrêter de faire chier son monde. Voila voila.

* L’infertilité

Ah! Là, je suis quand même sur mon terrain!

-Première chose: au bout de cinq ou six mois, vous n’êtes pas encore face à un problème d’infertilité! C’est la vie c’est tout! Les bébés ne se font pas en claquant des doigts même quand on a aucune problème! Au bout de neuf-huit mois, vous pouvez commencer à stresser, et encore! Mais sachez que la plupart des gyneco préconisent au moins un an d’essais infructueux, parfois un an et demi avant d’accepter de faire un bilan de stérilité.

– Commencez par voir votre gynecologue de ville. Vous vous rendrez rapidement compte qu’il y a de grandes chances pour qu’il n’y connaisse rien ou pas grand chose en infertilité, ce qui ne l’empêche pas d’être sympa (sinon changez, moi je ne supporte pas les médecins pas sympa, et cette personne va quand même être appelée à vous farfouiller la caverne, alors ça vaut le coup de pas tomber sur un connard) et d’en savoir toujours plus que vous et doctissimo réunis! C’est lui qui vous réorientera si besoin est vers un gynecologue plus spécialisé.

– Comme les gynecologues de ville restent pleins de préjugés misogynes, il y a 75% de chances je dirais pour qu’il vous demande d’abord à vous madame de faire des examens (alors qu’on ne peut pas nier une augmentation impressionnante des cas d’infertilité d’origine masculine de nos jours). En même temps faut pas lui en vouloir, c’est vous qui vous présentez, souvent seule. Mais il doit vous faire revenir avec votre conjoint, pour lui faire faire un spermogramme, sinon, le mec c’est un mickey. Même si les examens de madame montrent un dysfonctionnement, il n’est pas exclu que monsieur ait un problème aussi (et ouais, des fois la vie est dégueulasse, et on a droi à la complète, oeuf-jambon-fromage), et la prise en charge ne sera peut-être pas la même.

– Si tout va bien, bah tant mieux pour vous. Ou tant pis je sais pas, au bout d’un an d’infertilité, j’étais contente qu’on trouve la source du problème pour pouvoir le régler (ou pas), j’aurais pas aimé qu’on nous renvoie chez nous en nous disant « tout va bien ». Mais ça c’est personnel, chacun voit midi à sa porte comme dirait ma mère.

* Quelques personnes bien plus intelligentes que moi

Parce que oui oui, ça existe:

– Pour le cas des problèmes d’infertilité, c’est par ici: lisez le avant de stresser, cet article fait beaucoup de bien et permet de relativiser pas mal de choses!

– Pour le choix de son gyneco d’une façon générale, c’est chez Dariamarx que ça se passe, et c’est tellement vrai…

Faites en sorte d'avoir confiance en la personne qui va vous faire faire l'amour à ce truc...

Je vous rappelle aussi que ce que je dis dans cet article, ce sont des conseils tirés de mon expérience, hein, je ne suis pas médecin, donc ayez confiance en n’importe quel docteur plutôt qu’en moi! Et rappelez-vous que cet article est écrit par une fille qui a ses règles depuis deux mois et qui préfère s’en plaindre sur internet que d’appeler l’hôpital…

Rendez-vous sur Hellocoton !

La première raison, c’est que j’ai la chance d’être lue par beaucoup de personnes qui en font pas de fiv, et qui n’en ont rien à carrer de l’effet du decapeptyl sur mon auguste personne. Mais vous ijquiétez pas, je vous aime quand même.

Deuxième raison: la première fois j’étais toute fofolle, c’était tout nouveau, youpi, la fiv enfin, oulala, c’est magique, on me donne des médicaments qui font des bébés, et en fait que dalle. Les médicaments font pas de bébés. Ni de gros seins. En tout cas pas sur moi. Je me sens flouée, et je saurais pas dire au sujet duquel de ces deux points je suis le plus déçue.

Troisième chose: Bah, il se passe à peu près pareil que la dernière fois: rien, j’ai peut-être un peu chaud la nuit. La seule nouveauté c’est que je me vide de mon sang en continue depuis mes règles et que ça n’en finira jamais, après la pilule qui empêche les règles moi j’ai le traitement qui vous colle des menstruations perpétuelles. Bon, quand je dis que je me vide de mon sang, j’exagère un peu quand même. J’ai juge des légers saignements. Tout le temps. C’est chiant, j’en ai marre, et je crois que je peux VRAIMENT mourir de contrariété. Alors si je ne poste pas un jour dans les prochaines semaines, appelez les pompiers.

Et puis, bon, faut dire, que cette fiv, on se la joue un peu flipette avec le mari, on n’en parle à personne c’est pas comme si je partageais ça avec la centaine de bonnes âmes qui daignent venir lire mes jérémiades chaque jour qu’on connaît cette fois-ci, on fait tout en loocedé comme si on fumait en cachette, aors que non, en fait o essaye de faire un bébé. Vu le tour que la chose a prise, fumer serait probablement plus agréable, hélàs, il a fallu choisir. Mais heureusement, il me reste le perrier pour mettre un peu de bonheur dans ma vie. Nan mon mari ça compte pas, il fuit son quotidien de couple infertile dans un jeu video de merde qui me fait chier, j’en peux plus de vivre avec les bruits de mitraillettes et monsieur Faithful qui parle à ses ennemis extra-terrestres comme s’il faisait une vraie guerre, sérieux, je vais le tuer dans pas longtemps, sauf que moi ce sera pour de vrai, donc il m’apporte pas grand chose de bonheur ces derniers temps (comment ça c’est pas sympa de dire ça?)

En plus, je suis re-sympa, je suis même pas passée en mode putain de démon pour l’instant. J’attends le puregon pour ça. Ah si, je me suis remise à bouffer comme un gros cochon (j’aurais mis « grosse cochonne », ça aurait été plus sympa pour mon référencement. Je trouve les « femmes soumises » un peu seules dans les mots clefs).

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nous sommes toujours les mêmes, tous les deux, en galère, à n’avoir plus que quelques options possibles pour récupérer un foutu gamin qui fait son caprice pour venir.

J’ai encore rendez-vous lundi matin pour ma prise de sang et mon échographie de contrôle de blocage.

Il me reste des capsules de decapeptyl, des seringues, des aiguilles de la dernière fois.

Et en même temps, tout semble différent.

J’ai pas le feu au cul pour aller à la pharmacie et avoir mon traitement pour commencer.

J’ai oublié de faire mon prélèvement vaginal (classe), parce que je croyais que j’avais le temps. En fait j’ai pas tellement vu le temps passer entre les deux tentatives. Mais la secrétaire mal baisée qui m’a prise de haut parce qu’elle n’avait pas tous les documents apparemment si. Du coup, je commence le traitement aujourd’hui, mais si on découvre un truc suspect, fini la FIV. Le stress quoi.

On n’y va pas la fleur au fusil. Enfin pour monsieur je sais pas. Mais pas pour moi. Maintenant, on connaît l’échec, alors je vais pas vous mentir, c’est difficile d’être aussi optimiste que la dernière fois. C’est difficile de se dire qu’on ne peut que gagner quelque chose. Et puis je veux pas vous mettre la pression, mais si cette fois ça rate, ce sera la grosse loose, depression, toussa toussa! Ca voudra dire qu’on a perdu 50% de chances d’avoir un enfant par ce biais, et que notre espoir fond comme neige au soleil. Sérieux, si là ça ne fonctionne pas, je serai à ramasser à la petite cuillère, et j’essayerai pas de faire la fille qui essaye ‘être de bonne humeur quand même entre deux sanglots. Si ça fonctionne pas là, ça va chialer sec!

Du coup, nous y voilà, à la FIV2, où j’espérais naïvement à Noël dernier que nous ne serions jamais rendu. J’y crois, et en même temps je refuse de me projeter. Je refuse de m’imaginer enceinte. Je refuse de me demander comment je serai cet été, comment je serai cet hiver. Je ne suis pas morte d’angoisse, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que non, rien n’oblige le bordel à fonctionner cette fois-ci plus que l’autre. Et d’un autre côté, on a nos marques dans le circuit maintenant, on n’y va pas à l’aveugle en découvrant tout au fur et à mesure que ça nous arrive. Alors on verra.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et ouais, c’est vendredi aujourd’hui, vous aviez oublié? Voici le moment béni où je viens vous raconter comment mon corps réagi au traitement, pleine d’altruisme et de volonté d’instruire mon prochain que je suis. Puisque que je vous rappelle que mon but est aussi que des gens tombent sur mon blog en tapant « traitement fiv » parce que sérieux, ça commence à me sortir par le cul que tout le monde tape « bébé moche » tous les jours.

Alors, les piqûres, ça commence vraiment à être relou. Bon, ça fait pas mal, ça dure pas longtemps, mais c’est

Je sais pas qui a inventé ce machin, mais je peux vous dire que je suis totalement incapable d'ingérer ça...

vrai que je sens bien que mon corps maintenant, ça le gave parce que je ne trouve plus d’endroit où piquer sans le sentir, comme au début, pendant la lune de miel de mes seringues et moi. Mais bon, je continue quand même de préférer un traitement comme ça qu’un truc avec des gélules, ou des comprimés gros comme mon poing que je n’ai jamais été foutue d’avaler.

Alors autant au début je stressais un peu en me demandant si je faisais bien tout ce qu’il faut, parce que je ne ressentait rien de différent, autant là je peux vous garantir qu’il y a un effet: je me sens le bide gonflé du matin et du coup, j’ai constamment l’impression d’avoir des gaz, alors qu’en fait j’ai que dalle. Que du bonheur que je vous disais!

Autre truc cool: hier soir, dernier ovule de polygynax, et ça, c’est tellement une bonne nouvelle que ça mérite de figurer sur un blog. Putain mais le polygynax c’est le pire truc qui existe! Franchement, heureusement qu’on fait une fiv parce que mon mari voudra plus jamais qu’on fasse d’enfants autrement après m’avoir vu avec ces machins! Et le pire, c’est pas sur le moment, c’est le lendemain matin: quand tu vas au toilette, tu regrettes pas de t’être levée, t’en as pour ton argent! Avec une mention toute particulière pour hier matin, où j’ai eu le droit à des restes d’avoir fait de la sexualité la veille, de polygynax, et de la vaseline qu’ils foutent autour de l’appareil à échographie, tout mélangé. Classe quoi.

Bon, sinon, j’ai toujours des trucs dont je ne peux pas savoir si c’est le traitement ou pas, par exemple je suis crevée du matin au soir, ça devient vraiment infernal, et puis j’ai grossi aussi de deux kilos je pense, mais allez savoir si c’est pas juste parce que je me suis lâchée sur la bouffe…

Bon, normalement, on peut décemment dire que le plus gros est fait! Et puis demain, je retourne me faire contrôler, au yeah!

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’aime bien basher monsieur Faithful d’une manière général, et puis faut dire qu’il est bon client aussi, il a vraiment tendance à fournir les armes pour se faire battre. Jules Renard a dit: « Mieux vaut perdre un ami qu’un bon mot ». Bon, j’ai quand même pas envie de perdre monsieur Faitfhul, je l’aime bien quand même, mais c’est vrai que j’ai tendance à préférer sortir une bonne répartie qu’à me dire que bon, là j’en ai déjà sorti cinq en dix minutes, je vais peut-être me calmer un peu.
Mais là, le moment est venu de rendre à monsieur Faithful ce qui lui appartient, c’est-à-dire la gloire de me comprendre et d’être patient avec moi ces derniers temps.

Le grand docteur Manitou de l’hôpital de Sèvres Belaish-allart disait à la réunion sur la FIV que le traitement ne joue pas sur l’humeur, mais que le stress de la FIV oui. Je ne saurais pas vous dire à quoi ça tient en ce qui me concerne, mais ces derniers temps, ouais, j’ai un truc qui joue sur mon humeur. Qui joue avec même je dirais.

La première fois, c’était samedi dernier. Monsieur Faithful a croqué dans le couvercle d’une petite boîte en chocolat qu’on nous a offert. Je l’ai regardé avec stupeur, et puis je me suis mise à l’engueuler en pleurant, en lui disant que c’était dégueulasse de faire ça, que maintenant ça faisait trop moche d’avoir un couvercle croqué à côté du canapé, qu’il devait vraiment pas réfléchir puisqu’il aurait fallu manger le couvercle APRES avoir fini les chocolats qu’il y a dedans, bref qu’il avait pourri la déco du salon, et même de la maison toute entière, et que probablement je n’oserais plus inviter qui que ce soit chez nous maintenant que mon intérieur était à ce point déshonoré. Monsieur Faithful ne s’est pas énervé. Il ne s’est pas moqué non plus (et pourtant il y avait de quoi…) Il m’a fait un câlin et il m’a dit que ce n’était pas grave pendant que je finissais de pleurer en hoquetant.

Ensuite, il y a eu lundi soir. Monsieur Faithful est rentré du travail après avoir fait quelques courses. Je l’ai vu arriver avec des cabas. Non mais des cabas quoi, qu’il venait d’acheter, comme si on en avait pas déjà des dizaines. J’ai passé un degré d’énervement déjà. Ensuite, je lui demande pour combien il en a eu: 60€. Pour un paquet de céréales, de la bière, un pack de perrier et un pack de coca plus ou moins. Wow. L’inflation fait rage dans le pays. Deuxième stade d’énervement passé. Et enfin, j’ai atteint le dernier stade quand une amie qui était là lui a demandé un coca, et que je l’ai vu lui ramener un coca zero sans caféine. QUOI??? Mais je voulais du coca light! Mais le coca zero c’est dégueulasse! tu t’en fous parce que toi t’en bois pas, de me prendre des trucs que j’aime pas! Et sans caféine en plus! Mais à quoi ça sert de prendre du coca sans caféine! Nan mais en plus ça a pas de goût! … Et encore, je me suis contenue parce qu’il y avait des invités. Mais franchement, j’ai trouvé que monsieur Faithful était incapble de faire les courses correctement. Monsieur Faithful n’est pas parti en live et ne s’est pas mis à hurler que j’étais capricieuse (ah bon? euh… ). Il est resté très calme contrairement à son habitude, et il m’a dit doucement un truc qu’il ne me dit jamais: « Calme-toi », et il m’a fait un bisous. Ca m’a calmée.

Et puis hier, the google incident. Après avoir regardé pendant une demi-heure tous les fora qui concernaient mon problème de follicule, après vous avoir écrit mon magnifique et émouvant article désespéré, je ferme l’ordi et je vais voir monsieur Faithful, qui vous vous en doutez, était en train de jouer à Gran Turismo.
– Eh, j’ai regardé sur google, et ils disent que c’est pas bien sept follicules.
– Les médecins ils ont dit quoi?
– Ils ont dit rien.
– Bah regarde pas google alors, ça doit être rien, on s’en fout.
– Ouais, je vais me doucher alors.
Bravo monsieur Faithful, quel réconfort! quel sensibilité! et tout ça sans détacher les yeux de la télé et les mains de la manette! ahahah!
Je me tais, je vais dans la salle debain, et là, dans le tambour de la machine à laver, j’entraperçois le drame, humide et roulé en boule. Je retourne le voir, très très très enervée.
-C’est quoi dans le tambour de la machine?
– Bah, du linge.
– Ouais du linge. J’avais dit qu’il fallait laver quoi en priorité?
– Bah, les draps.
– Ouais, et toi t’en as eu rien à foutre, t’as foutu tes chemises et des vêtements à laver, alors qu’on a plus rien pour changer les draps du lit! On va vivre dans la dégueulasserie apocalyptique la plus totale, c’est complètement irresponsable, tu te rends pas compte, et bla, et bla, et bla. [ Tout ça en hurlant bien sûr, j’aime pas mes voisins de toute façon].
Bon, là, monsieur Faithful m’a quand même dit « T’es un peu bizarre en ce moment », mais toujours sans s’énerver. Moi en revanche, j’étais à bloc et je lui ai regueulé dessus: « Ouais, parce que j’essaye d’entretenir la maison, et toi tu fais que de foutre la merde! » Monsieur Faithful a pouffé à ces mots. GRAVE ERREUR! Là, c’était au-dessus de mes forces, je lui ai dit qu’il faisait tout exprès pour m’énerver alors que c’était pas le moment et je me suis remise à me vider de toute l’humidité de mon corps par les yeux, et je suis allée prendre ma douche pour bien pleurer dans la douche, et puis pour prendre un peu sur moi quand même. Quand je suis sortie, monsieur Faithful est venu, m’a pris dans ses bras et m’a dit « Tu sais, c’est sûrement pas grave cette histoire de follicules machins. Et puis de toute façon faut avoir confiance. Et puis va te coucher t’es fatiguée, je vais fermer les volets et tout et tout. »

Alors moi je dis, grande classe monsieur Faithful. T’es trop poutou en ce moment, t’es exactement comme il faut être, alors que moi je suis une putain de sorcière acariâtre, et même que ce soir quand t’es rentré du travail je me suis trop retenue pour pas te pourrir parce que t’as laissé traîner les cabas de lundi dans l’entrée depuis lors alors que tu devais les mettre dans le coffre de la voiture, et que franchement, ça commence toujours pas des petites choses comme ça le bordel, et tu respectes rien parce que tu sais que d’ici six moi quand la maison sera redevenue en mode Kaboul 2001 revival, c’est moi qui vais tout ranger. Tu vois, je me suis retenue et j’ai fermé ma gueule. Mais franchement, je te tire mon chapeau de me supporter en ce moment, parce que sérieux, je suis pas un cadeau.

Ou alors c'est l'eclipse d'hier qui m'a fait transformer en sorcière de l'ouest? Ah nan, ça a commencé avant...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pas le bilan de l’année, celui-là j’en ai rien à foutre pour tout vous dire, je m’en bats la cacahuète. Je vous parle de mon petit bilan personnel au bout d’une semaine de piqûres de decapeptyl.

En fait, ce machin est supposé bloquer mon cycle et me coller une sorte de ménopause artificielle pendant au moins une bonne quinzaine de jours, avant de commencer le traitement pour stimuler mes ovaires et me faire faire plein de petits oeufs. Alors au début, c’était un peu le stress, parce que ça me paraissait tellement facile les piqûres, que je me demandais si je les faisais correctement et si je m’injectais vraiment quelque chose. D’autant plus que je ne ressentais rien, mais alors rien du tout du tout.

Et hier, je me pique, et à peine dix minutes plus tard, je commence à avoir mal à la tête. Bon, au moins j’y ai foutu quelque chose ce coup-ci que je me dis. Et le soir, après dîner, un putain de coup de barre de bâtard. Parce que ce qu’il faut savoir, c’est que mon gros problème, c’est qu’en vacances je me mets à me coucher à 5h du matin. Donc là ça fait plus de dix jours que je ne dors pas avant l’aube, et que du coup je me lève super tard. Donc hier, ça a quand même commencé à me mettre la puce à l’oreille quand, malgré mon levé à midi, j’ai ressenti le besoin impérieux de faire une sieste vers 16h, et que malgré la sieste, mes yeux ont commencé à se fermer tout seuls devant la tv à partir de 22h30. Trop bizarre le truc quoi. ais bon, j’étais plutôt contente, ça m’évitera de dormir seulement deux heures la veille de la rentrée et d’être éclatée le lundi soir comme d’habitude.

Bon, à part ça j’ai pris deux kilos, mais allez savoir si c’est les fêtes ou le traitement…

Et n’oubliez pas de laisser un commentaire ici pour gagner un cadeau choubidou enrubanné par mes propres petits doigts boudinés! Il vous reste jusqu’à ce soir et demain je vous dirai qui a été choisi par le plus grand des hasards hasardeux!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le positivisme, c’est une doctrine un peu bizarre d’Auguste Comte au XIXème siècle, qui va réfléchir sur la relation entre la science, le progrès et l’esprit humain. En gros, d’abord l’humain se pose des questions auxquelles la réponse la plus pratique a apporter est d’abord Dieu. Ensuite, il remet tout en question, il raisonne de manière abstraite sur ce qui l’entoure, et enfin, il atteint le top of the pop, il devient positif, c’est-à-dire qu’il apporte des réponses scientifiques à ses questionnement qui lui permettent de progresser et de fermer sa gueule. En gros, d’abord l’homme croit au surnaturel ou au miracle. Ensuite, il se demande pourquoi en envisageant tout ce qui est possible, et enfin, il se remet entièrement à la science pour tout expliquer et tout faire progresser.

Alors ya aussi toute une partie de cette doctrine que j’ai jamais trop compris, c’est comment on passe de la phase scientifique et positive à l’amour universel et à la générosité, mais je vous avoue que j’ai jamais vraiment eu envie de me taper de vrais bouquins à ce sujet, qui a quand même l’air un peu chiant.

La devise du positivisme, c’est donc « Ordre et progrès ». Oui, je sais, c’est aussi celle qui est sur le drapeau du brésil, parce qu’il me semble qu’il existe toujours des églises positivistes là-bas, en tout cas ç avait pas mal marché comme idée par là-bas à l’époque. Il n’en reste qu’une seule à Paris je crois.

Vous voyez bien que j'avais raison!

Tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui, j’ai eu la preuve irrémédiable que les miracles, c’est pour les autres, vous savez toutes ces histoires de « Oh, mais tu sais, je connais une fille, elle était tellement focalisée sur sa fiv à venir tu vois, qu’elle est tombée enceinte le cycle d’avant, tu rends compte? ». Et bah ça, ça marchera pas pour nous, il n’y aura pas de miracle chez les Faithful. Alors à partir de maitnenant, demain très probablement, si on a le feu vert de l’hôpital, on va commencer à s’en remettre complètement à la sciences et au progrès. J’ai jamais été très scientifique dans ma vie, c’est même un euphémisme de le dire comme ça, mais franchement, à cette heure c’est la chose en laquelle nous avons le plus foi et en laquelle nous sommes le plus disposés à croire.

Elle était pas super classe ma façon de vous dire que j’ai reçu mon cadeau mensuel de dame nature???? Un petit bonus rigolo pour ceux qui connaissent la pub française et qui gèrent l’anglais:

Rendez-vous sur Hellocoton !

Goddax, vous savez, God of the tampax. Je l’ai jamais entendu autant de pied ferme.

En fait, vous savez que pour commencer mon traitement pour la fiv, il faut que j’attende le premier jour de mon cycle. Or, celui-ci se définit en général comme le premier matin où l’on se lève avec du sang rouge. Je vous avez dit que ce serait glam’s. Donc, ça c’est le jour 1 du cycle. Peut-être que pour le moment vous vous en foutez, mais un jour vous rechercherez déséspérément l’information sur tous les fora du oueb, et vous regretterez de pas m’avoir écouté avec plus d’attention.

Donc, le traitement commence au jour 1 du cycle, et le J1 ne vient pas. J’ai jamais attendu mes règles autant que ça, je vous jure, et rien. Juste: R.I.E.N. Je croyais pas qu’un jour je prononcerais ou j’écrirais le mot « règle » devant autant de personne. Enfin, pas sorti du sens « règles de grammaires » ou « putain ça m’énerve cette mode des règles en plastique souples ça donne envie de frapper les gens avec mais c’est vrai que ça se casse pas dans le sac ». Et nous y voila.

Donc, j’attends Goddax comme le messie, et chaque soir je me couche en espérant que ce sera demain. Pire que le père Noël, c’est clair. Aujourd’hui, monsieur Faithful m’a avoué qu’il attendait le moment de commencer le traitement avec impatience aussi, je le savais pas. Je crois que l’amp, c’est une aventure dont les hommes ont souvent l’air plus détaché, et par moment j’oublie que cette impossibilité à se reproduire doit le travailler encore plus au corps que moi pour d’autres raisons. Mais je suis quand même contente qu’il ait hâte.

Nous voilà donc tous deux, pour la première fois de notre vie, à attendre la période la plus désagréable du mois, et à en parler à qui est au courant pour nous et veut l’entendre. Ou pas, on s’en fout, on n’est pas spécialement pudiques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et ouais, j’ai ENFIN récupéré mon traitement à la pharmacie. On attend le top départ du dieu des tampax maintenant pour commencer. Alors bon, ya juste une couille, parce que comme d’habitude, tout ne peut pas être parfait, j’ai une connerie d’injection à l’amoxcicilline qui s’appelle augmentin, et le truc c’est juste que je suis allergique à l’amoxciciclline. Enfin je l’étais quand j’étais petite, et on a jamais rééssayé depuis, si ça se trouve ça me ferait rien du tout, mais avec tout ça va falloir que j’appelle l’hôpital lundi pour voir s’ils ont prévu un plan B.

Alors à la pharmacie, je guettais avec fébrilité le montant sur l’écran de la vendeuse, et j’ai eu des sueurs froides par moment. Surtout quand j’ai vu le nombre 1352,xx€ s’inscrire, là j’ai grave flippé. en fait j’en ai eu que pour 30€ de ma poche, je m’estime super heureuse vous pensez bien.

Putain,on vit dans un beau pays quand même. Alors là du coup, je suis dans les starting-blocks, chaude comme une baraque à frites, et je sens bien que ce mois-ci m’est arrivé le truc qui ne m’est pas arrivé depuis le mois de mars: l’ovulation tardive. C’est-à-dire à j28 quoi. Trop trop trop cool. Parce que ça veut dire que le début du traitement va juste être décalé de quinze jours mais bon. On a attendu deux ans, on n’est plus à ça près vous me direz.
Rendez-vous sur Hellocoton !